RTS: Un oligarque ukrainien soupçonné d’homicide involontaire en fuite

Mise à jour d’un papier diffusé dans le journal de 12h30, sur la RTS, le 23/08/2017

Un oligarque ukrainien est soupçonné d’homicide involontaire dans l’ouest de l’Ukraine, dans le cadre d’un accident de la route. Il s’est réfugié à Genève hier soir, mardi 22 août. Il en est rapidement reparti. L’affaire fait grand bruit en Ukraine. Elle semble trahir, une fois de plus, la sélectivité de la justice. 

54_main-2

En à peine quelques jours, il est devenu l’incarnation des abus du système oligarchique ukrainien. A 62 ans, Petro Diminskiy se présentait comme un très respectable entrepreneur, propriétaire, entre autres, du club de foot « Karpaty » et de la chaîne de télévision « ZIK ». En tout cas, jusqu’au 18 août, quand sa belle Mercedes S65 percute une autre voiture sur une route de l’ouest de l’Ukraine. Une jeune conductrice meurt sur le coup. Petro Diminskiy nie avoir été au volant ce jour-là, et rejette la responsabilité sur son garde du corps. Mais des témoignages et des vidéos de l’accident l’accablent. Sa couverture démasquée, Petro Diminskiy ne demande pas son reste: il embarque dansun jet privé, direction Genève, une ville qu’il visite régulièrement. Il s’y pose en début de soirée, et en repart rapidement. Sa localisation reste indéterminée à l’heure de publication.

L’opinion publique ukrainienne enrage contre la passivité des autorités. Anton Herashenko, conseiller du ministre de l’intérieur Arsen Avakov, a appelé le fugitif à se présenter de son propre chef à la justice. Petro Diminskiy manqué une première convocation, mercredi 23 août. S’il en manque une seconde, vendredi 25 août, l’oligarque sera considéré comme suspect. Les autorités ukrainiennes devront alors solliciter des partenaires étrangers afin de localiser Petro Diminskiy, et de le faire comparaître en justice. Ce faisant, les instances judiciaires ukrainiennes auraient l’occasion de démontrer une certaine efficience, et de regagner la confiance de l’opinion publique. Une confiance sérieusement écornée au cours des dernières décennies.

 

RFI: Coup de filet sans précédent dans la lutte contre la corruption en Ukraine

Papier radio diffusé dans les journaux de la matinale, sur RFI, le 25/05/2017

Coup de filet sans précédent dans la lutte anti-corruption en Ukraine. Les autorités ont procédé à 23 arrestations d’employés du service des impôts, impliqués dans des affaires de détournement d’argent qui s’élèvent à plus de 3 milliards d’euros. A Kiev, les réactions sont néanmoins mitigées, entre étape fondamentale et opération de communication. 

18699872_1403610059729096_4617573689914197930_n
Les perquisitions ont produit des prises de grosses sommes de dollars, en liquide. Source: Facebook d’Arsen Avakov

454 perquisitions dans 15 régions d’Ukraine. 1700 policiers mobilisés et 500 procureurs militaires. Pour le ministre de l’intérieur Arsen Avakov, “c’est la plus importante opération de lutte anti-corruption jamais organisée en Ukraine”. 23 fonctionnaires des impôts ont été arrêtés. Ils sont soupçonnés de complicité avec des officiels de l’ancien régime corrompu de Viktor Ianoukovitch. Des milliards d’euros sont en jeu. Chez l’un des fonctionnaires arrêtés, les policiers ont trouvé 3,8 millions de dollars en liquide. A Kiev, le Procureur général Iouriy Loutsenko triomphe, mais doit faire face à des critiques sévères. Pourquoi ces 23 employés, et pas d’autres? Pourquoi aucun haut responsable de l’ancien régime n’a été condamné en justice depuis la fuite de 2014? Le Procureur général est aussi soupçonné d’avoir monté une opération de communication, un an jour pour jour après sa prise de fonction, et au lendemain d’un rapport accablant de l’ONG Transparency International sur la lutte anti-corruption en Ukraine. Les arguments des uns et des autres se justifient. C’est le suivi de ces affaires au tribunal qui fera la différence. Au-delà des opérations de police, les Ukrainiens attendent de voir si justice sera rendue.

Sébastien Gobert – Kiev – RFI

Le Monde Diplomatique: Découvrir « Génération Maïdan. Vivre la crise ukrainienne »

Note de lecture publiée dans Le Monde Diplomatique, édition de Novembre 2016

Génération Maïdan. Vivre la crise ukrainienne, de Ioulia Shukan

41ynourpcxl

« Sentir les effets de la grande histoire sur des êtres ordinaires. »Partie prenante de la révolte à Kiev qui mit en fuite le président Viktor Ianoukovich en février 2014, observatrice de son basculement dans la guerre, Ioulia Shukan s’intéresse à l’irruption de la violence dans le quotidien : celui des manifestants qui, à la suite des fractions les plus nationalistes, font le choix de la résistance armée à mesure que la répression se durcit ; celui des personnes déplacées fuyant le conflit de l’est du pays ; celui des bénévoles organisant l’aide humanitaire d’urgence. Loin des cénacles de la politique, cette chercheuse franco-biélorusse rapporte leurs espoirs et leurs peurs, et met au jour les causes profondes des changements. Corruption endémique, autoritarisme, déliquescence des pouvoirs publics expliquent mieux la contestation que les clivages ethnolinguistiques, souvent exagérés par les médias. Son empathie nous place au cœur des événements tels qu’ils ont été vécus par les partisans de la « révolution de la dignité ». On ne peut que regretter qu’elle ne se livre pas au même travail d’analyse pour « l’autre camp ».

LLB: En Ukraine, l’indécrottable corruption

Article publié dans La Libre Belgique, le 18/08/2016

A Kiev, le procureur anticorruption Dmytro Sus se rend au travail tous les jours dans une Audi Q7 rutilante. Une voiture de luxe, estimée au minimum à 30 000 euros sur le marché ukrainien. Alors évidemment, quand le procureur déclare sur Facebook, dans un échange avec un internaute, gagner 300 000 hryvnias par an (environ 10 600 euros), cela pose question. En fait, « tout s’explique », ironise la journaliste Alissa Iourchenko. « La voiture appartient à Maria Iourchik, une habitante de Khmelnitsky (à quelque 400 kilomètres de Kiev), de la famille de Dmytro Sus. Née en 1930, elle a aujourd’hui 85 ans… »

13934650_10207456297471657_7017849303834456977_n
Source: Facebook de Moustafa Naiiem

Ces cas de fonctionnaires, magistrats et politiciens ukrainiens vivant clairement au-dessus de leurs moyens, Alissa Iourchenko et l’équipe de journalistes de « Nashi Groshi » (Notre argent) en font leurs choux gras. Même s’il est impossible de tous les recenser. En Ukraine, l’un des pays les plus pauvres d’Europe en termes de revenus par habitant, les ballets de voitures de luxe garées devant la Verkhovna Rada (Parlement), les ministères, les tribunaux et autres bâtiments officiels sont une scène de la vie quotidienne.

L’anecdote est encore célèbre de l’ancien ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, se faisant railler par ses homologues ukrainiens en 2013. Il arborait alors au poignet une montre « Bulova », estimée à « seulement » 165 dollars… Une misère pour les officiels à Kiev, malgré leurs salaires officiellement inférieurs aux niveaux polonais. De quoi alimenter les rumeurs, accusations et enquêtes sur la corruption d’Etat en Ukraine.

Lire le reste de l’article ici (accès abonnés)

M6, son chaos imaginaire et ses filles de rêve

Billet d’opinion sur la diffusion du documentaire « Un été brûlant à Odessa », sur M6, le 24/07/2016

Et pendant ce temps, Odessa continue d’attirer les plus grands noms de l’investigation télévisée à la francaise. Apres Paul Moreira, c’est Bernard de la Villardière qui impose sur M6 « Un été brûlant à Odessa », dans son émission « Enquête Exclusive ». Réalisation Marc Roussel, dont je découvre le nom.

Screen Shot 2016-07-28 at 14.35.55

http://www.lezappingdupaf.com/2016/07/un-ete-brulant-a-odessa-dans-enquete-exclusive-sur-m6.html

En lieu et place d’une enquête, le téléspectateur a droit à un amalgame de séquences sans beaucoup de connecteurs logiques. Des filles d’Odessa à l’incendie de la maison des syndicats, des filles d’Odessa aux milices nationalistes, des filles d’Odessa à la nouvelle police, pour revenir aux filles d’Odessa. Les séquences s’enchaînent sans marqueurs temporels très ancrés: dur de départager ce qu’il s’est passé en 2014, 2015, ou cette année. Quand est censé se dérouler cet « été brûlant », on ne sait guère. Mais de tout temps, les filles d’Odessa… Bref.

Ce qui apparaît évident, encore une fois, c’est le manque de contexte et de clés de lecture. Et la frustration implicite du scénariste-journaliste de ne pas constater, dans les rues d’Odessa en 2016, « l’état de guerre », la violence, les fusillades en plein jour, et autres amuse-gueule qui avaient été imaginées à Paris et qui rendraient, si avérées, le sujet si sexy. Alors on compense, par une musique de fond angoissante, des images d’archive et des commentaires gratuits et plus ou moins au conditionnel, sur cette guerre qui était la, qui approche, qui est imminente, qui est déjà là en fait. Vous ne la voyez pas? On va vous la montrer. Et ces milices nationalistes qui font la loi et régissent tout à la place de la police… Rien ne va plus. Une situation catastrophique qui justifie, en fait, mais c’est bien sûr, que des dizaines de jeunes filles se vendent à des étrangers à travers des agences de mariage ou sur des scènes de boîtes de nuit. Pour quitter cet enfer, ou en tout cas y survivre. Car vous savez, les filles d’Odessa… Bref.

Et de les voir si décontractées et pleines de vie dans un environnement si hostile… Brrr. A la fin du reportage, j’avais presque envie d’en adopter une tellement elles me faisaient pitié. Mais, alors, si je le faisais, devrais-je me confronter au Big Boss nationaliste qui régit apparemment tout et tout le monde à Odessa? Et si je croyais à cet amalgame confus, et confusant, on peut le dire, qui s’étale sur plus de 50 minutes, oserais-je même me rendre dans ce coupe-gorge qu’est Odessa? Et si je considérais que cela est une enquête, ou même du journalisme moderne et sérieux, pourrais-je encore me regarder dans la glace?

 

Lire ici une analyse détaillée du film de M6 par l’équipe du Ukraine Crisis Media Center. 

TDG: Le patriarcat orthodoxe de Moscou donne de la voix dans les rues de Kiev

Version longue d’un article publié dans La Tribune de Genève, le 27/07/2016. Photos de Niels Ackermann / Lundi 13

“En ce lieu saint, nous nous rappelons le baptême de Kiev, pierre d’angle de notre histoire. La paix et l’unité doivent continuer de régner sur nos terres chrétiennes”. Au pied de la statue de St Volodymyr, surplombant le fleuve Dnipro, la voix du Métropolite Onuphre, représentant du patriarcat orthodoxe de Moscou en Ukraine, accompagne les chants et prières de milliers de pèlerins.

Pilgrimage of Ukrainian Orthodox Church of Moscow Patriarchate in Kiev
Kiev, Ukraine, 27 july 2016. Two pilgrimmages organized by the Ukrainian Orthodox Church under the Moscow Patriarchate [OUC MP] and departing from opposed sides of the country (Ternopil oblast and Donetsk oblast) gathered today near St. Volodimir Hill to commemorate the eve of the Festival of the Baptism of Kyivan Rus. To avoid clashes with nationalists activists, ukrainian authorities mobilized more than 6000 policemen and installed security controls at the beginning of the march. © Credit: Niels Ackermann / Lundi13
Brandissant leurs icônes bien haut, les robes longues, le front perlé de sueur sous leurs voiles, quelques femmes âgées ne peuvent retenir leurs sanglots. La journée de célébration à Kiev est la consécration d’une longue marche éprouvante, et controversée. La veille, en banlieue de Kiev, des pèlerins s’étaient fait accueillir avec des oeufs, des slogans nationalistes, et des insultes. “Si vous voulez vraiment prier pour la paix, allez directement à Moscou”, leur avait-on crié.

Pour le patriarcat de Moscou, historiquement très implanté en Ukraine, le symbole était fort. Deux colonnes de pèlerins étaient partis de deux des trois monastères consacrés comme lieux de pèlerinage que l’Eglise compte en Ukraine: Sviatogorsk à l’est, et Potchaïv à l’ouest. Sous un soleil torride, prêtres, femmes, enfants, personnes âgées avaient marché vers Kiev, où se trouve le troisième monastère d’importance du patriarcat; la Lavra de Pechersk.

Les images étaient impressionnantes de ces pèlerins de fortune, chantant à tue-tête, tout en marchant d’un pas décidé. Certains poussaient parfois les curieux sur le bord de la route à s’agenouiller devant leurs icônes. Pour les autorités religieuses, il s’agissait d’une marche pour la paix. Le patriarcat de Moscou reproche au gouvernement de Kiev d’entretenir la guerre hybride du Donbass, et réclame un effort de paix. Ce qui passerait par une amélioration des relations avec la Russie.

Autant dire que l’initiative a été vite perçue comme une provocation par les autorités et de nombreux observateurs, à commencer par les mouvances nationalistes. Le patriarcat est depuis longtemps dénoncé comme un instrument d’influence du Kremlin. Le 27 juillet marque d’ailleurs la date du dernier déplacement de Vladimir Poutine à Kiev. En 2013, il avait célébré le baptême de Kiev, présentée comme la “mère des villes russes” par l’historiographie traditionnelle, comme une preuve que Russes, Ukrainiens et Biélorusses étaient, “de fait, un seul peuple”. Et ce, quelques mois à peine avant le déclenchement de la Révolution du Maïdan.

Mettant en avant le risque représenté par cette “marche du FSB” (les services secrets russes), plusieurs groupes nationalistes avaient ainsi tenté d’établir des barrages aux entrées de Kiev. Si la police les en a empêché, les responsables avaient revendiqué “le droit d’intervenir en cas de déstabilisation”. A moins que la déstabilisation ne soit venue d’eux-mêmes. Deux grenades ont été trouvées aux abords d’un des camps de pèlerins par la police, qui a aussi appréhendé 4 militants du bataillon de volontaires Sitch. C’est un combattant de cette formation qui avait lancé une grenade meurtrière, le 31 août 2015, aux abords du Parlement à Kiev.

Pour la chef de la police nationale, Khatia Dekanoidze, il valait mieux prévenir que guérir. C’est donc encadrés par un dispositif de sécurité inédit, mobilisant plus de 6000 policiers, que se sont déroulés les célébrations religieuses. Pèlerins, membres du clergé et visiteurs ont du se plier à des contrôles renforcés, notamment à travers des détecteurs de métaux. Aucune échauffourée n’a été signalée, pas même pendant la procession finale jusqu’à la Lavra de Pechersk.

Les pèlerins étaient aux alentours de 10.000 selon la police, entre 60.000 et 80.000 selon les organisateurs, entre 20.000 et 30.000 selon des observateurs indépendants. Seuls 6 d’entre eux ont été appréhendé par les forces de l’ordre, alors qu’ils scandaient que “Le Donbass, c’est le Monde Russe!” aux abords de la procession. “Ils se relaxent dans l’un de nos postes de police”, a commenté le ministre de l’intérieur Arsen Avakov sur son mur Facebook dans la soirée du 27. Tout en se gargarisant que tout soit fini, et qu’il ne “laissera jamais s’installer le monde russe” à Kiev.

“Cette marche a été utilisée avec succès comme une manifestation de ‘soft power’”, nuance le politologue Serhiy Gadaï. Celui-ci y voit l’affirmation de forces politiques alternatives à l’establishement de Kiev. Les dirigeants du “Bloc d’Opposition”, héritier du défunt Parti des Régions du président déchu, le très russophile et corrompu Viktor Ianoukovitch, se sont ainsi improvisés mécènes des processions, et invités d’honneur des célébrations.

Un tel déploiement de fidèles et de soutiens ne dissimule néanmoins pas la “position précaire” du patriarcat de Moscou en Ukraine, comme l’explique le théologien Ihor Semivolos. “Dans le nouvel ordre social et politique, il reste peu d’espace  pour les Orthodoxes de Moscou. Leur rôle spirituel se résume à l’incarnation de l’idée de ‘monde russe’, qui est aujourd’hui combattue par une majorité de la population”.

Pilgrimage of Ukrainian Orthodox Church of Moscow Patriarchate in Kiev
Kiev, Ukraine, 27 july 2016. Two pilgrimmages organized by the Ukrainian Orthodox Church under the Moscow Patriarchate [OUC MP] and departing from opposed sides of the country (Ternopil oblast and Donetsk oblast) gathered today near St. Volodimir Hill to commemorate the eve of the Festival of the Baptism of Kyivan Rus. To avoid clashes with nationalists activists, ukrainian authorities mobilized more than 6000 policemen and installed security controls at the beginning of the march. © Credit: Niels Ackermann / Lundi13
De nombreux membres du clergé ont été accusés de complicité avec les forces russes et pro-russes, en Crimée et dans le Donbass. En réaction, de le patriarcat a été destitué de nombreuses paroisses à travers le pays, dans certains cas par la force. Il s’est aussi annihilé l’adhésion d’une partie de la population ukrainienne. “La preuve étant que les processions ont été bien moins accueillie dans les villes traversées que ce que le clergé de Moscou escomptait”, remarque le sociologue Oleh Pokalchuk.

En plus de ces méfiances populaires, les Eglises concurrentes, notamment le Patriarcat de Kiev et les Gréco-Catholiques, soulèvent régulièrement des contentieux historiques, comme la complicité des Orthodoxes de Moscou avec les Soviétiques anti-cléricaux, ou encore le transfert de certains trésors religieux en Russie.

A ce titre, les demandes se font de plus en plus pressantes auprès du gouvernement pour retirer les trois Lavra des mains du Patriarcat de Moscou, et les transférer à celui de Kiev. Certaines rumeurs font aussi état de la possible création d’une Eglise orthodoxe ukrainienne unie, qui déposséderait de fait Moscou de ses paroisses ukrainiennes. Pour le patriarcat, il s’agirait là d’une atteinte inacceptable à la liberté de culte en Ukraine. Ces perspectives d’affrontements restent hypothétiques. Nul doute cependant que la “marche de la paix” a servi de démonstration de force pour le patriarcat de Moscou, voire d’avertissement.

Libération: Ukraine, la police qui fait tache

Article publié dans Libération, le 12/05/2016

Un patron de la lutte antidrogue ultranationaliste, des agents anciens combattants du Donbass, un ministre de l’Intérieur entouré d’hommes de main… Le pays est encore loin de forces de l’ordre présentant toutes les garanties d’un Etat de droit.

Image Messages(910964275)
Illya Kiva. Photo: Niels Ackermann/Lundi13

«Je suis prêt à transgresser la loi afin de rendre la justice, si cela peut sauver des vies. En combattant dans le Donbass, j’ai compris que pour que quelqu’un survive, un autre doit mourir.» Illya Kiva se rejette sur sa chaise, ses grands yeux froids fixés sur son interlocuteur. Pour le chef du département de lutte antidrogue de la police nationale d’Ukraine, ces propos ne sont pas une provocation. La fin justifie bien les moyens : «Nous sommes le scalpel qui doit extraire la tumeur. Nous ne montrons aucune pitié face aux dealers. Car ils visent à corrompre nos enfants, à pervertir notre jeunesse.»

Avec sa gestuelle de combat et ses déclarations à l’emporte-pièce, Illya Kiva n’en finit pas de défrayer la chronique. Ancien athlète originaire de Poltava, dans le centre de l’Ukraine, il y dirige la section locale du groupe ultranationaliste «Praviy Sektor» («Secteur droit»). A la faveur de la guerre hybride du Donbass, il a pris la tête du bataillon de volontaires appelé «Poltava». Il s’est fait remarquer dans l’est de l’Ukraine et à la frontière avec la Crimée occupée. Son engagement le rapproche du sulfureux ministre de l’Intérieur ukrainien, Arsen Avakov. En octobre 2015, celui-ci le propulse à la tête du département de lutte antidrogue, officiellement pour nettoyer un corps de police notoirement corrompu, qui n’avait été jusque-là qu’un organe de contrôle du trafic de stupéfiants.

A part mener des descentes musclées dans certains clubs et restaurants de Kiev, le patron de la lutte antidrogue ukrainien se démarque avant tout par ses prises de positions agressives, et extravagantes. «Illya Kiva n’est tenu responsable ni de ses propos, ni ses actions, estime Vyacheslav Likhachev, directeur du groupe d’observation des droits des minorités, à Kiev. Mais quand un officier de police haut gradé ignore la loi, c’est dangereux.» D’autant que Kiva contraste avec la réforme de la police, un des grands chantiers pro-européen de l’après-Maidan. Très médiatisée, elle a institué des unités de jeunes policiers, bien entraînés, bien rémunérés, et garants de l’Etat de droit.

Complaisance

Dans l’Ukraine postrévolutionnaire, paralysée par une guerre hybride contre la Russie, une grave crise économique et une corruption toujours endémique, les mouvements d’extrême droite et ultranationalistes, tels que les partis Svoboda («Liberté») et Praviy Sektor, jouissent d’une influence politique très limitée. Malgré tout, certains de leurs groupes bénéficient d’une complaisance, plus ou moins volontaire, de la part des autorités. Pour beaucoup, il s’agit d’une reconnaissance pour le rôle qu’ont joué les bataillons de volontaires dans la défense du pays contre la Russie. Pour d’autres, il s’agit de choix très pragmatiques. «C’est avant tout Arsen Avakov qui est responsable de cette situation étrange, assène Masi Naiiem, avocat et frère du député réformateur très populaire, Moustafa Naiiem. A cause d’Avakov, la réforme de la police est constamment remise au lendemain. La nouvelle police de la route, la seule unité qui a vraiment changé de l’ancien système, a des compétences très limitées. Et à côté de cela, vous avez Illya Kiva. Lui a beaucoup de pouvoir, mais il est dangereux !»

«Arsen Avakov n’a aucune idéologie, décrypte un de ses familiers, ancien haut responsable du ministère de l’Intérieur, sous couvert d’anonymat. C’est avant tout un homme d’affaires, un aventurier. Il a été recruté juste après la révolution, d’abord et avant tout pour l’emprise qu’il a sur plusieurs cercles criminels. Le nouveau pouvoir avait besoin d’une main de fer pour tenir le pays. Pour défendre son business, Avakov s’est toujours entouré d’hommes de main, prêts à tout. Il les place aux postes à responsabilité. Et certaines de ces petites frappes, qu’il a connues pendant la guerre, sont issues des mouvances ultranationalistes.»

Suivant ses propres règles, Illya Kiva a ainsi lancé une campagne de mobilisation populaire contre les drogues, en s’appuyant sur les combattants des bataillons «Azov» et «Sainte Marie», «des hommes droits, qui ont su trouver un nouveau sens à leur vie». Les deux unités, des régiments paramilitaires désormais incorporés dans les forces régulières, sont très actives dans l’est de l’Ukraine, et connues pour leurs éléments radicaux, ouvertement néonazis. Fin octobre 2014, la nomination de Vadim Troyan comme chef de la police de la région de Kiev avait aussi fait sensation. Issu du bataillon Azov, il est un membre actif de la formation Assemblée national-socialiste d’Ukraine. De nombreux policiers sont recrutés parmi les rangs des anciens soldats qui ont combattu dans le Donbass. Il n’existe néanmoins aucune étude permettant d’évaluer l’intégration d’éléments ultranationalistes.

«Nihilisme»

Le ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov, a survécu, le 14 avril, à la crise politique qui a emporté le Premier ministre Arseniy Iatseniouk. En revanche, sa vice-ministre, la réformatrice géorgienne Ekaterina Zgouladze-Glucksmann, a annoncé sa démission mercredi, en mettant en garde contre les «océans de corruption, nihilisme et bureaucratie»auxquels elle s’est confrontée. De quoi redouter un blocage prolongé de la réforme du ministère de l’Intérieur. Masi Naiiem, après avoir organisé plusieurs manifestations de soutien à la nouvelle police, a ainsi entamé deux procédures en justice contre le ministère et la police nationale pour protester «contre le silence» des supérieurs d’Illya Kiva. Celui-ci, qui explique ne pas avoir de comptes à rendre aux «bâtards toxicomanes», n’est pour l’instant pas inquiété.

La chef de la police nationale, Khatia Dekanoidze, ancienne ministre de l’Education de Géorgie, s’est ainsi contentée d’indiquer qu’elle ne «voyait pas Illya Kiva rester officier de la police nationale sur le long terme». Réponse, éclairée, de l’intéressé : «Il me semble qu’elle a parlé… comme une femme. Ce n’était pas un avis du chef de la police.»Illya Kiva refuse de se plier au processus de «recertification» obligatoire pour tout agent d’une ancienne milice souhaitant continuer à servir dans la nouvelle police. Une attitude qui trahirait un phénomène plus structurel, selon Khatia Dekanoidze : la «revanche de l’ancien système». A la faveur de la crise politique et des manigances d’Arsen Avakov, la vieille garde opérerait un retour en force pour bloquer les réformes pro-européennes. Et dans ce que certains dénoncent comme une «contre-révolution», une tête brûlée comme Kiva serait un atout de poids.