The Odessa Review: Lenin’s Tumble: The Iconoclasm Of Ukraine’s Decommunization

Article published in The Odessa Review, issue of December 16 / January 17.

This article is part of the ongoing project « Looking for Lenin », in partnership with Niels Ackermann. Be sure to like and follow the Facebook Page of the project: After Lenin 

94da9-1465139156850
Niels Ackermann / Lundi 13

Ukraine’s official efforts at Decommunization were passed into law by the Verhovna Rada in the spring of 2015. Secret security service archives were opened up to the light of day, streets named after Soviet era heroes were renamed after various Ukrainian personalities, some of them controversial. Symbols and relics of the Soviet regime were banned. In fact, all sorts of symbols of the communist era including flags and artefacts were banned. Most symbolic of all was the banning of the statues of Soviet leader Vladimir Ilyich Lenin. The process had first began on the night of December 8, 2013 during the midst of the Maidan revolution, when the anti-government protestors successfully toppled a gigantic statue of Lenin standing in the middle of Kyiv. That statue’s fall was a symbolic start that was replicated in hundreds of cities and villages all across the country, in a process that has taken different forms in different places. The continued process of decommissioning of the statues and the often violent destruction that has accompanied it took place over the course of the last year and a half has been called the “Leninopad” or simply the “Lenin-fall”. Some of the Lenin statues are removed quietly by government authorities, and in some places thuggish groups of vigilante and nationalist oriented young men take matters into their own hands, just as often engaging in violent skirmishes with pro-Russian or Soviet nostalgic locals. The fate of the Lenin statues is a remarkable aspect of contemporary Ukraine. The Swiss photographer Niels Ackermann and the French journalist Sébastien Gobert have been traveling around Ukraine chronicling the “Leninopad” for a forthcoming book.

There is not a single monument to Lenin left standing in Ukraine. According to multiple Ukrainian news agencies, on October 24th, the last standing statue of the Bolshevik leader was removed from the town center of Novohorod-Siverskiy. The felling of the last standing monument of its kind in the country marks an obvious epochal shift for contemporary Ukraine. Yet, the process of Decommunization is far from complete: there remain smaller sculptures and busts here and there. And one should also not forget the monuments still standing in the occupied territories in Crimea and Donbass where a renewed Soviet nostalgia has taken hold.

Yet, the fact remains: Lenin is no longer a part of Ukraine’s landscape. As the scholar and art collector Myroslava Hartmond puts it in her essay in “Minima Ucrainica: “The Mother Goddess archetype that is the Ukrainian landscape is liberated of the host of phallic columns that have sought to dominate her forevermore”.

Read the rest of the article here (free access)

Mikheil Saakachvili, éternel trouble-fête de la politique ukrainienne

Version longue d’un article publié dans La Libre Belgique, le 08/11/2016

“La région d’Odessa n’est pas seulement aux mains d’individus corrompus, mais aussi des ennemis de l’Ukraine (…) Je ne peux plus le supporter. Je démissionne”. Attendue de longue date, l’annonce du gouverneur d’Odessa Mikheil Saakachvili a néanmoins déclenché une onde de choc médiatique en Ukraine, le 7 novembre. Elle met fin à “l’expérience Odessa” qui avait intrigué l’Ukraine. Elle jette aussi l’opprobre sur l’élite politique à Kiev, et sur le Président Petro Porochenko lui-même.

“Le Président soutient personnellement deux clans à Odessa”, accuse Mikheil Saakachvili. A l’en croire, il s’agit de deux clans fondamentalement corrompus, criminels, et aux tendances pro-russes. Petro Porochenko aurait saboté son action à Odessa, et entretiendrait un système de corruption généralisé en Ukraine. Des accusations difficiles à prouver, mais qui trouvent un écho certain dans une population lassée de la lenteur des réformes et de la lutte contre la corruption.

dsc01435-jpg-1
Mikheil Saakashvili à Shabo, octobre 2016. Crédit: Niels Ackermann / Lundi 13

Un temps un trouble-fête insatiable de l’élite post-Maïdan, l’ancien président de Géorgie avait été nommé à Odessa en mai 2015 par le Président Petro Porochenko. Une manière subtile de l’éloigner de Kiev, tout en conservant son aura de réformateur énergiques au crédit de l’exécutif. Mikheil “Misha” Saakachvili incarnait alors les espoirs de changements structurels et de lutte efficace contre la corruption. Dans ce laboratoire qu’est la région stratégique d’Odessa, son action devait reproduire les mesures radicales, à l’image des transformations qu’il avait accompli en Géorgie.

Immédiatement lancé dans une de ces cabales médiatiques dont il a le secret, Misha a ouvert de grands chantiers à Odessa: réforme de l’administration et de la police régionales, restructuration du système judiciaire, épuration des douanes, modernisation d’infrastructures, etc. A sa démission en novembre 2016, force est de constater que le bilan est mitigé. Peu de grands projets ont été concrétisés, ou en tout cas achevés.

Pour le gouverneur, le coupable est tout trouvé: Kiev lui a jeté un bâton après un autre dans les roues. La rivalité qui l’oppose à l’ancien Premier ministre Arséni Iatseniouk et à son intriguant ministre de l’intérieur, Arsen Avakov, n’est plus à démontrer. Celle qui l’a éloignée, petit à petit, de Petro Porochenko, était pendant longtemps bien plus feutrée.

Regarder: Dispute au verre d’eau entre Mikheil Saakachvili et Arsen Avakov

Les dissensions étaient devenues évidentes lors de la campagne municipale d’octobre 2015, quand le parti présidentiel avait soutenu indirectement la réélection d’Hennadiy Troukhanov, personnalité intimement liée au crime organisé local. “Saakachvili était censé jouer le rôle de relais du parti de Porochenko. C’était l’accord tacite derrière sa nomination”, explique le député et ancien journaliste d’investigation Serhiy Leshchenko. “Saakachvili a refusé, en particulier de coopérer avec Ihor Kononenko et Oleksandr Hranovski, les deux bras droits du Président. A partir de là, Porochenko lui a retiré son soutien”.

S’est ensuivi un délitement progressif de l’équipe de Mikheil Saakachvili, marqué par le départ de certains de ses membres (Sasha Borovik), le manque d’intérêt d’autres (Maria Gaïdar), et les insinuations du gouverneur sur son retour possible en Géorgie, à la faveur d’une victoire de son parti aux élections législatives d’octobre. Un succès électoral lui aurait assuré un retour triomphal à Tbilissi, après qu’un Parlement loyal eut annulé les multiples procédures judiciaires dont il est la cible.

A Odessa, l’équipe du gouverneur s’est livrée pendant les derniers mois à des tentatives de coopération avec le maire Troukhanov. Ces dernières interactions ont mis en lumière une loi incontournable: tout, à Odessa, se décide et se réalise à travers les clans locaux. La municipalité aurait visiblement noué une relation malsaine de dépendance: autoriser certains projets pour permettre au gouverneur de rester actif, et bloquer la plupart pour le maintenir sous contrôle. Dans le même temps, l’exécutif à Kiev lui reniait de plus en plus de marge de manoeuvre. Misha ne réussit même pas à s’assurer l’organisation de l’Eurovision 2017, malgré une sérieuse candidature.

En savoir plus: « The Education of Mikheil Saakashvili » sur Foreign Policy

Une situation dont Misha ne pouvait s’accoutumer éternellement. Sa démission était une simple question de temps, probablement retenue avant les résultats des élections en Géorgie. Pour Serhiy Leshchenko, c’est là une “continuation logique” de l’éviction des réformateurs des hautes sphères de l’Etat. Ceux-ci, très présents en 2014 et 2015, ont été les premières victimes d’une longue crise politique qui a paralysé la gouvernance nationale au début 2016. “L’expérience Odessa” est belle est bien avortée. L’annonce du 7 novembre a d’ailleurs été précédée de peu par celle du chef de la police régionale, Giorgi Lortkipanidze, ancien ministre de l’intérieur géorgien. Seules restent en place quelques figures secondaires, telles que la chef des douanes Ioulia Marouchevska.

Face aux accusations portées contre le chef de l’Etat, l’administration présidentielle s’est contentée de publier un communiqué laconique, indiquant que Petro Porochenko signera la démission de Mikheil Saakachvili si celle-ci lui est transmise par le gouvernement. Sans regrets ni remerciements.

En Ukraine et ailleurs, les adversaires de Mikheil Saakachvili exultent. Adrian Karatnicky, lobbyiste américain, opposant farouche de l’ancien Président géorgien, met sa démission sur le compte de “son incapacité à produire des résultats à Odessa”. A travers le site “mishagate.org » et de nombreux articles et interventions publiques, il met l’accent sur les échecs de Mikheil Saakachvili, et les abus de pouvoir dont il est accusé en Géorgie. “L’homme le plus répugnant du monde s’en prend désormais à son patron, Petro Porochenko, pour justifier ses erreurs (…) Il a été rejeté en Géorgie, c’est maintenant au tour des Ukrainiens de réaliser à quel point ce réformateur de pacotille est dangereux”.

Adrian Karatnicky n’est pas le seul à être aussi vindicatif. La plupart des représentants des partis de gouvernement ont depuis longtemps pris leurs distances avec Mikheil Saakachvili, l’accusant de populisme, d’incohérence, de délires de grandeur, voire d’abus de pouvoir et de corruption. L’étoile Misha a perdu de sa splendeur, depuis ses discours enflammés sur la scène du Maïdan. Mais il conserve une certaine popularité en Ukraine, auprès d’une population désabusée. Il a été prompt à dénoncer les fastes d’une élite corrompue, qui affiche dans ses déclarations en ligne des fortunes colossales, en opposition “aux retraités qui quémandent leurs derniers kopecks les mains tremblantes pour éviter de mourir de faim”. Des accents mélodramatiques qui s’adressent à un public précarisé par ces dernières années de crise économique.

“C’est la bonne décision dans le contexte actuel”, commente Davit Sakvarelidze, lui aussi Géorgien, ancien vice-Procureur général d’Ukraine. “Il reste tout à faire, et je peux vous assurer qu’il ne va pas quitter l’Ukraine”. En déplacement à Shabo, dans le sud de la région d’Odessa, en octobre, Misha répétait à qui voulait l’entendre son ambition de « tout changer à Kiev, de faire table rase ». Et d’annoncer, dans son discours de démission, le début d’une « nouvelle phase de lutte politique”. Une vidéo de promotion de son bilan de gouverneur, postée sur Youtube quelques heures après sa démission, laisse penser que l’homme s’imagine en effet un avenir en Ukraine.

Ses soutiens se font néanmoins rares. Une tentative de lancer son propre parti politique “Khvilia – Vague”, au cours de l’été, n’avait débouché sur rien de concret. Une partie conséquente de jeunes réformateurs, dont Serhiy Leshchenko, avait préféré s’allier au parti chrétien-démocrate “DemAllianc”. Une nouvelle tentative pourrait avoir lieu en février 2017, selon la député Nataliya Novak, du Bloc de Petro Porochenko.

D’une manière ou d’une autre, Mikheil Saakachvili semble déterminé à bousculer, toujours un peu plus, le jeu politique ukrainien, et à entretenir le battage médiatique autour de sa personne. Dans cette perspective, le choix du 7 novembre pour l’annonce de sa candidature pose question. A un jour d’un scrutin présidentiel historique aux Etats-Unis, qui peut s’intéresser, au-delà de l’Ukraine, à la démission du gouverneur d’Odessa? Misha a-t-il perdu le sens de la communication, jusqu’ici maîtrisée avec brio? Ou bien a-t-il été précipité dans sa décision par quelque sorte de pression? Dans ce cas, est-il réellement, après sa démission, l’homme libre qu’il prétend être?

M6, son chaos imaginaire et ses filles de rêve

Billet d’opinion sur la diffusion du documentaire « Un été brûlant à Odessa », sur M6, le 24/07/2016

Et pendant ce temps, Odessa continue d’attirer les plus grands noms de l’investigation télévisée à la francaise. Apres Paul Moreira, c’est Bernard de la Villardière qui impose sur M6 « Un été brûlant à Odessa », dans son émission « Enquête Exclusive ». Réalisation Marc Roussel, dont je découvre le nom.

Screen Shot 2016-07-28 at 14.35.55

http://www.lezappingdupaf.com/2016/07/un-ete-brulant-a-odessa-dans-enquete-exclusive-sur-m6.html

En lieu et place d’une enquête, le téléspectateur a droit à un amalgame de séquences sans beaucoup de connecteurs logiques. Des filles d’Odessa à l’incendie de la maison des syndicats, des filles d’Odessa aux milices nationalistes, des filles d’Odessa à la nouvelle police, pour revenir aux filles d’Odessa. Les séquences s’enchaînent sans marqueurs temporels très ancrés: dur de départager ce qu’il s’est passé en 2014, 2015, ou cette année. Quand est censé se dérouler cet « été brûlant », on ne sait guère. Mais de tout temps, les filles d’Odessa… Bref.

Ce qui apparaît évident, encore une fois, c’est le manque de contexte et de clés de lecture. Et la frustration implicite du scénariste-journaliste de ne pas constater, dans les rues d’Odessa en 2016, « l’état de guerre », la violence, les fusillades en plein jour, et autres amuse-gueule qui avaient été imaginées à Paris et qui rendraient, si avérées, le sujet si sexy. Alors on compense, par une musique de fond angoissante, des images d’archive et des commentaires gratuits et plus ou moins au conditionnel, sur cette guerre qui était la, qui approche, qui est imminente, qui est déjà là en fait. Vous ne la voyez pas? On va vous la montrer. Et ces milices nationalistes qui font la loi et régissent tout à la place de la police… Rien ne va plus. Une situation catastrophique qui justifie, en fait, mais c’est bien sûr, que des dizaines de jeunes filles se vendent à des étrangers à travers des agences de mariage ou sur des scènes de boîtes de nuit. Pour quitter cet enfer, ou en tout cas y survivre. Car vous savez, les filles d’Odessa… Bref.

Et de les voir si décontractées et pleines de vie dans un environnement si hostile… Brrr. A la fin du reportage, j’avais presque envie d’en adopter une tellement elles me faisaient pitié. Mais, alors, si je le faisais, devrais-je me confronter au Big Boss nationaliste qui régit apparemment tout et tout le monde à Odessa? Et si je croyais à cet amalgame confus, et confusant, on peut le dire, qui s’étale sur plus de 50 minutes, oserais-je même me rendre dans ce coupe-gorge qu’est Odessa? Et si je considérais que cela est une enquête, ou même du journalisme moderne et sérieux, pourrais-je encore me regarder dans la glace?

 

Lire ici une analyse détaillée du film de M6 par l’équipe du Ukraine Crisis Media Center. 

On “The Masks of the Revolution” – and on the ethics of journalism

This is a personal opinion post published ahead of the screening of “Les Masques de la Révolution”, on French Canal +, on 01/02/2016

Screen Shot 2016-02-01 at 19.17.14

Screenshot: http://www.pltv.fr/en/ukraine-masks-of-the-revolution/#

A few words on “Les Masques de la Révolution – The Masks of the Revolution”, by Paul Moreira, to be shown on French TV on Monday, 1st February.  The scandal has been brewing in France for the past week as I and a few people – press correspondents, researchers, activists, diplomats – got a hand on it. As we watched and discovered the 52-minute piece, we had to face a compilation of factual mistakes, exaggerations and misleading set-ups. Since then, those have been denounced extensively as a few samples show below:

Anna Colin Lebedev & Ioulia Shoukan: https://blogs.mediapart.fr/anna-colin-lebedev/blog/290116/d-ou-me-venait-cette-legere-impression-de-m-etre-fait-avoir?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66

Benoît Vitkine: http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2016/01/31/les-lunettes-deformantes-de-moreira_4856732_1655027.html

Halyna Coynash: http://khpg.org/en/index.php?id=1453944128

Even the notorious Ukrainian journalist Krystyna Berdynski, who does not understand French, felt shocked simply by watching the distorting visual effect the documentary produced: http://nv.ua/opinion/berdinskih/52-minuty-frantsuzskogo-filma-o-sobytijah-v-ukraine-94393.html

To which Moreira responded here:

https://blogs.mediapart.fr/paul-moreira/blog/300116/ukraine-les-masques-de-la-revolution-reponse-aux-critiques

Follow both an endless debate and a game of naming and shaming and guessing who told the truth before anyone else and who is paid by who. And so on, and so forth. I refuse to enter such a game and I want here to salute Anna Colin Lebedev and Ioulia Shoukan who managed to raise the standards of the debate by asking real questions in their latest posts. No, there is no sense in asking for the screening of the documentary to be cancelled. Yes, the theses it underlines deserve consideration and pedagogy. A proper investigation into the Odessa tragedy is essential – so is a solid investigation on the Maïdan deaths, still unresolved. And yes, a debate on the new faces and actions of nationalism in Ukraine is essential to understand and analyse.

What I want to stress here is that I feel insulted as a French journalist. I have been living in Ukraine since 2011 and I have tried to understand the complexity of this country and of the region – and the challenges it faces. What we may see in Moreira’s piece is nothing new. Given the current context of a war of information, if not a “war ON information”, one may have seen such distortion of facts before. What is new is that it comes from a French journalist with an impressive record of brilliant investigations. He is to screen what he dubs “an investigation” in an investigative show – “Spécial Investigation”, which is usually credited with a reputation of credibility and solid findings – on one of France’s major TV channels. His report will be viewed by millions – just because of his reputation.

This comes as a shock for me – a young French journalist who claims to represent and implement some standards of objective journalism. Western modern journalism, as we were taught. Hell, I even give lectures on that in Kyiv!

The most recent posts on the scandal were directed to the audience we, foreign correspondents, work FOR – our readership and viewership – to explain the fallacies of “The Masks of the Revolution”. Let me address the people we work WITH. Ukrainians, Russians, Donbass residents, DNR & LNR representatives, Crimean Tatars, nationalists, civic activists, drug users, HIV-AIDS patients, etc. People who trusted me with information and stories – first and foremost because of what I represented as a French journalist. After the movie screens tonight, I would understand if many of them would feel suspicious to see me coming in. I already know I will have to defend myself and my work. I will have to emphasise that I do not work like « this documentary you have seen on Canal + ».

And I don’t. I don’t pretend to have seen the flags of the Azov battalion over Maïdan – despite the fact that the battalion was created over two months after the end of the Revolution. I do not evoke the “Crimean referendum to join Russia” without mentioning the other component of the story, that is to say Russian troops deployed in Crimea ahead of the vote. I never come up with a theory, which would make the Ukrainian-Russian language issue as a symptom of an irreconcilable internal division. Provided I would, I would not pretend to ignore that many of the fiercest Ukrainian nationalists – Andriy Biletski first and foremost – are mainly Russian-speakers. When I need to ask questions on security and the impact of armed battalions in Ukraine, I do not go to the Minister of Economics to obtain answers. Those – and many more fallacies – literally glut Moreira’s report.

I live in Ukraine long enough to understand that here, as anywhere else, nothing and no one is all black or all white. The President, the government, the Parliament, Maïdan revolutionaries, Ukrainian nationalists, Donbass separatists, oligarchs, corrupt civil servants… No one is black or white. Nothing is that simple. I know it because I care enough to try to understand it. It’s exhausting. Yet I want to keep caring and be accountable for it. And I seriously hope I will keep enjoying people’s trust to do so. Trust is the most precious thing we have, as foreign correspondents. It cannot all go to dust, just because of a one journalist who decided to throw it all away.

RFI: Odessa, son port, ses douanes

Reportage diffusé dans l’émission Accents d’Europe, le 16/12/2015. Avec des photos de Geoffrey Froment.

Le changement en Ukraine, ça passe aussi par une réforme des douanes à Odessa. En mer Noire, les trois ports de la ville sont les plus grands et les mieux situés. Mais, ils sont désormais boudés par les cargos et transporteurs de containers, car la corruption mine le service des douanes. Le nouveau gouverneur d’Odessa, l’ancien président géorgien Mikheil Saakachivilli, s’est attelé à ce nouveau combat. Non sans mal.

 

_DSC0603
Photo: Geoffrey Froment

Depuis la promenade du bord de mer d’Odessa, la vue qui s’offre au badaud, ce sont des grues grinçantes, des entrepôts rouillés, et quelques bateaux. Le paysage du port d’Odessa et de ses infrastructures post-soviétiques, paraît tiré tout droit d’un décor de film historique. L’impression est d’autant plus lunaire qu’elle est encadrée par une route surélevée, sur laquelle on devine les allers et venues de camions, qui évacuent les marchandises du port vers des centres de dédouanement.

 

Le principal centre, c’est celui de l’EuroTerminal, ouvert en 2011. Son directeur général, Oleksiy Majarine.

Alexeï Majarine: Avant que cette route directe soit construite, les camions de marchandises empruntaient l’équivalent de 120 kilomètres de route à travers la ville, entre le port et le centre de dédouanement. Maintenant, c’est entre 15 et 20 kilomètres. Avant que l’Euroterminal soit construit, les formalités de traitement des marchandises pouvaient prendre plus de 20 heures. Maintenant, c’est 2 heures. Donc le traitement des marchandises au port d’Odessa est efficace.

IMG_2304
Alexeï Majarine dans son bureau

Selon la plupart des estimations, le dédouanement dure plutôt 4 ou 5 heures, et l’Euroterminal n’est pas si efficace que cela. Depuis 2011, il est perçu dans les médias comme un trou noir de la corruption, en raison de liens supposés avec l’ancien régime de Viktor Ianoukovitch. Malgré cela, la société Euroterminal n’est pas directement mise en cause, mais bien plutôt les douaniers qui opèrent à l’entrée du centre de traitement.

Dernière affaire en date; en octobre 2015. Une société d’import-export a du se débattre dans l’Euroterminal avec les services de douanes pendant plus de 30 heures. Les douaniers ont exigé pas moins de trois inspections. A chacune d’entre elles, la société a du payer les frais d’utilisation de l’Euroterminal, et les pourboires qui vont avec. Ce n’est qu’une intervention en haut lieu qui a mis fin aux inspections à répétition.

 

Le directeur Oleksiy Majarine refuse de commenter cette l’affaire. Mais il accuse les douanes ukrainiennes de sérieusement compliquer son business.

Alexeï Majarine: C’est à cause de la situation dans les douanes. Comparé à 2013, nous accueillons entre 30% et 40% de cargos de moins. Ceux-ci se redirigent aujourd’hui vers d’autres centres de dédouanement, comme Kiev ou Dnipropetrovsk. C’est moins cher même d’aller à Kharkiv, à 600 kilomètres au nord, parce que là-bas, l’officier des douanes leur proposera un rabais sur le bakchich que l’affréteur doit payer. D’après ce que j’ai entendu, la différence de bakchich peut être entre 3 et 5 fois plus cher à Odessa qu’à Kiev!

Selon Oleksiy Majarine, Euroterminal a perdu 50% de son trafic depuis 2013. La crise économique n’aide pas. Mais ce sont bien les douanes qui découragent de nombreuses sociétés de jeter l’ancre à Odessa.

Aussi la jeune Ioulia Marouchevska, la nouvelle chef des douanes nommée par le gouverneur Mikheil Saakachvili, a du pain sur la planche.

Ioulia Marouchevska: Nous devons changer le système, qui corrompt nos fonctionnaires et créé de nombreux problèmes pour les affréteurs.  Pour résumer, le mode de fonctionnement des douanes est si compliqué que cela ouvre la possibilité de demander des bakchichs.

En ligne de mire: des procédures désuètes, des exigences de paperasses à n’en plus finir, et des permis injustifiés. Ioulia Marouchevska ne peut pas avoir une influence directe sur les changements législatifs, à Kiev. Mais à son échelle, à Odessa, elle doit commencer par le plus basique.

Ioulia Marouchevska: Ce que je peux changer à mon niveau? C’est avant tout l’attitude vis-à-vis des entreprises. Il faut leur faire comprendre que nous sommes ici pour les accueillir et faciliter le transit de marchandises. Que nous sommes ici pour les servir. Nous donnons un certain temps à nos employés pour comprendre ce changement. Et notre prochain objectif sera de construire un nouveau centre de dédouanement, dont les employés seront sélectionnés grâce à un concours très sélectif.

Oleksandr Zakharov, un spécialiste des ports d’Odessa et militant anti-corruption, très actif depuis des années. Il est très prudent face aux changements en cours.

Oleksandr Zakharov: L’équipe de réformateurs de Saakachvili veut obtenir des résultats concrets. Ce n’est pas aussi rapide qu’on le souhaiterait, car ils rencontrent beaucoup de résistance, à la fois à l’intérieur des douanes mais aussi dans les ministères à Kiev. Les réformateurs travaillent dans un contexte très tendu, et on ne peut qu’espérer qu’ils obtiennent des résultats prochainement.

Les résistances à Kiev sont autant bureaucratiques que politiques, instrumentalisées par le conflit ouvert entre Mikheil Saakachvili et le Premier ministre Arséni Iatseniouk. Mais pour Oleksandr Zakharov, il y a urgence. La corruption est telle dans les douanes des ports d’Odessa que certains affréteurs préfèrent se diriger vers des ports russes ou roumains, et acheminer leur cargaison par la route vers l’Ukraine.

Ecouter le reportage ici

RFI: Ioulia Marouchevska, portrait d’un Révolution ukrainienne

Portrait diffusé dans l’émission « Accents d’Europe », le 9/12/2015

En novembre 2013, la Révolution de la Dignité en Ukraine demandait le renouvellement de la classe politique. Deux ans après, on peut constater qu’il n’a pas eu lieu, ce sont toujours les mêmes élites qui dirigent le pays. Mais quelques nouvelles têtes ont néanmoins émergé. L’une d’entre elle est une jeune femme de 26 ans, Ioulia Marouchevska, nouvelle chef des douanes de la région d’Odessa. Sous des airs angéliques, elle cache une énergie réformatrice débordante. 

11218770_1058787230822923_3284796795890158886_n
Ioulia Marouchevska dans son bureau de chef des douanes, à Odessa. Photo: Goeffrey Froment

Elle est le visage de la génération du changement: sans expérience mais avec beaucoup d’ambitions. Ioulia Marouchevska n’avait que 24 ans quand son visage a fait le tour du monde. Etudiante, elle s’était portée volontaire sur le campement révolutionnaire de l’EuroMaïdan et dans des hôpitaux où étaient envoyés des blessés des barricades. Après une rencontre avec un réalisateur américain, elle y a tourné une courte vidéo, “I am a Ukrainian”.

I-Am-Ukrainian-Protest-Video
Capture d’écran YouTube

Elle y explique le sens du combat des révolutionnaires et la peur d’une répression violente. En quelques semaines à peine, la vidéo a été visionnée plus de 7 millions de fois sur YouTube. Ioulia Marouchevska y gagne une stature internationale et une forte popularité en Ukraine. Elle multiplie alors les conférences et les rencontres avec des personnalités politiques et des diplomates, et se rapproche de l’équipe réformatrice de l’ancien président géorgien Mikheil Saakachvili. Après quelques projets plus ou moins aboutis, celui-ci la fait nommer chef des douanes d’Odessa, ce qui fait jaser. D’ailleurs, quand le Président Petro Porochenko annonce sa nomination, il vante ses talents d’organisation, sa modestie, et sa beauté, mais certainement pas son expertise dans les questions douanières. Et pour cause: Ioulia Marouchevska reconnaît elle-même qu’elle n’y connaît rien, et qu’elle n’aime pas son travail aux douanes. Elle qui se décrit comme une jeune patriote éduquée à l’occidentale, qui est passée à la prestigieuse université Standford, elle doit maintenant travailler dans un bureau typiquement post-soviétique, rempli de fonctionnaires notoirement corrompus. Elle ne souhaite pas rester longtemps aux douanes, elle n’est à ce poste que pour superviser une refonte du système. Ioulia Marouchevska, visage de la révolution, est devenue le symbole de sa mise en pratique: lente, technique, et difficile.

Ecouter le portrait ici

RFI: Odessa, son port, sa corruption

Reportage diffusé dans l’émission Accents d’Europe, le 16/12/2015

Le changement en Ukraine, ça passe aussi par une réforme des douanes à Odessa. En mer Noire, les trois ports de la ville sont les plus grands et les mieux situés. Mais, ils sont désormais boudés par les cargos et transporteurs de containers, car la corruption mine le service des douanes. Le nouveau gouverneur d’Odessa, l’ancien président géorgien Mikheil Saakachivilli, s’est attelé à ce nouveau combat. Non sans mal. 

_DSC0642
Photo: Geoffrey Froment

Depuis la promenade du bord de mer d’Odessa, la vue qui s’offre au badaud, ce sont des grues grinçantes, des entrepôts rouillés, et quelques bateaux. Le paysage du port d’Odessa et de ses infrastructures post-soviétiques, paraît tiré tout droit d’un décor de film historique. L’impression est d’autant plus lunaire qu’elle est encadrée par une route surélevée, sur laquelle on devine les allers et venues de camions, qui évacuent les marchandises du port vers des centres de dédouanement.

Le principal centre, c’est celui de l’EuroTerminal, ouvert en 2011. Son directeur général, Oleksiy Majarine.

Alexeï Majarine: Avant que cette route directe soit construite, les camions de marchandises empruntaient l’équivalent de 120 kilomètres de route à travers la ville, entre le port et le centre de dédouanement. Maintenant, c’est entre 15 et 20 kilomètres. Avant que l’Euroterminal soit construit, les formalités de traitement des marchandises pouvaient prendre plus de 20 heures. Maintenant, c’est 2 heures. Donc le traitement des marchandises au port d’Odessa est efficace.

Selon la plupart des estimations, le dédouanement dure plutôt 4 ou 5 heures, et l’Euroterminal n’est pas si efficace que cela. Depuis 2011, il est perçu dans les médias comme un trou noir de la corruption, en raison de liens supposés avec l’ancien régime de Viktor Ianoukovitch. Malgré cela, la société Euroterminal n’est pas directement mise en cause, mais bien plutôt les douaniers qui opèrent à l’entrée du centre de traitement.

Dernière affaire en date; en octobre 2015. Une société d’import-export a du se débattre dans l’Euroterminal avec les services de douanes pendant plus de 30 heures. Les douaniers ont exigé pas moins de trois inspections. A chacune d’entre elles, la société a du payer les frais d’utilisation de l’Euroterminal, et les pourboires qui vont avec. Ce n’est qu’une intervention en haut lieu qui a mis fin aux inspections à répétition.

Le directeur Oleksiy Majarine refuse de commenter cette l’affaire. Mais il accuse les douanes ukrainiennes de sérieusement compliquer son business.

Alexeï Majarine: C’est à cause de la situation dans les douanes. Comparé à 2013, nous accueillons entre 30% et 40% de cargos de moins. Ceux-ci se redirigent aujourd’hui vers d’autres centres de dédouanement, comme Kiev ou Dnipropetrovsk. C’est moins cher même d’aller à Kharkiv, à 600 kilomètres au nord, parce que là-bas, l’officier des douanes leur proposera un rabais sur le bakchich que l’affréteur doit payer. D’après ce que j’ai entendu, la différence de bakchich peut être entre 3 et 5 fois plus cher à Odessa qu’à Kiev!

Selon Oleksiy Majarine, Euroterminal a perdu 50% de son trafic depuis 2013. La crise économique n’aide pas. Mais ce sont bien les douanes qui découragent de nombreuses sociétés de jeter l’ancre à Odessa.

Aussi la jeune Ioulia Marouchevska, la nouvelle chef des douanes nommée par le gouverneur Mikheil Saakachvili, a du pain sur la planche.

Ioulia Marouchevska: Nous devons changer le système, qui corrompt nos fonctionnaires et créé de nombreux problèmes pour les affréteurs.  Pour résumer, le mode de fonctionnement des douanes est si compliqué que cela ouvre la possibilité de demander des bakchichs.

En ligne de mire: des procédures désuètes, des exigences de paperasses à n’en plus finir, et des permis injustifiés. Ioulia Marouchevska ne peut pas avoir une influence directe sur les changements législatifs, à Kiev. Mais à son échelle, à Odessa, elle doit commencer par le plus basique.

Ioulia Marouchevska: Ce que je peux changer à mon niveau? C’est avant tout l’attitude vis-à-vis des entreprises. Il faut leur faire comprendre que nous sommes ici pour les accueillir et faciliter le transit de marchandises. Que nous sommes ici pour les servir. Nous donnons un certain temps à nos employés pour comprendre ce changement. Et notre prochain objectif sera de construire un nouveau centre de dédouanement, dont les employés seront sélectionnés grâce à un concours très sélectif.

Oleksandr Zakharov, un spécialiste des ports d’Odessa et militant anti-corruption, très actif depuis des années. Il est très prudent face aux changements en cours.

Oleksandr Zakharov: L’équipe de réformateurs de Saakachvili veut obtenir des résultats concrets. Ce n’est pas aussi rapide qu’on le souhaiterait, car ils rencontrent beaucoup de résistance, à la fois à l’intérieur des douanes mais aussi dans les ministères à Kiev. Les réformateurs travaillent dans un contexte très tendu, et on ne peut qu’espérer qu’ils obtiennent des résultats prochainement.

Les résistances à Kiev sont autant bureaucratiques que politiques, instrumentalisées par le conflit ouvert entre Mikheil Saakachvili et le Premier ministre Arséni Iatseniouk. Mais pour Oleksandr Zakharov, il y a urgence. La corruption est telle dans les douanes des ports d’Odessa que certains affréteurs préfèrent se diriger vers des ports russes ou roumains, et acheminer leur cargaison par la route vers l’Ukraine.

Ecouter le reportage ici