LLB: En Ukraine, la religion de l’Eurovision

Version longue d’un article publié dans La Libre Belgique, le 09/05/2017

fullsizeoutput_126a

“Notre religion: la liberté”. Sur Maïdan Nezalejnosti, la place de l’Indépendance à Kiev, l’imposante bannière captive le regard. Pour les milliers de visiteurs qui affluent vers la capitale ukrainienne pour assister à l’Eurovision, du 9 au 13 mai, le message est clair. L’énorme peinture d’une chaîne qui se brise recouvre les murs encore noircis de la maison des syndicats, qui avait brûlé en février 2014, dans les dernières heures de la Révolution de la Dignité. Plus de trois ans après, le combat n’est pas terminé. L’Eurovision, regardé en moyenne par 18 millions de téléspectateurs à travers le monde, est devenu une arme de l’Ukraine post-Maïdan.

Sur l’avenue Khreshatyk, fermée à la circulation pour la semaine, les touristes s’arrêtent devant des portraits géants de vétérans de guerre, pour la plupart portant des prothèses. Un moyen plus qu’explicite de rappeler le conflit meurtrier qui persiste à l’est du pays. Au-delà de cette exposition, l’Ukraine a utilisé l’Eurovision à plusieurs reprises pour dénoncer la Russie comme agresseur. D’abord en 2016, à travers la victoire de la chanteuse Djamala. Tatare de Crimée, en exil depuis l’annexion de la péninsule par la Russie en 2014, elle avait chanté la déportation de son peuple en 1944 par Staline, que le régime de Vladimir Poutine tente de faire oublier.

Pour l’édition 2017, les autorités ukrainiennes ont remis la Crimée annexée aux unes des journaux, en interdisant à la chanteuse russe Ioulia Samoilova d’entrer sur le territoire ukrainien, et de participer à l’Eurovision. L’artiste s’était produite en Crimée quelques mois auparavant, sans avoir obtenu d’autorisation préalable de Kiev.

En réaffirmant sa souveraineté de jure sur les frontières de la péninsule, Kiev avait néanmoins remporté une victoire médiatique en demi-teinte. Ioulia Samoilova, en fauteuil roulant, avait été défendue par l’Union Européenne de Radio-télévision (UER), organisatrice de l’Eurovision. Celle-ci avait avertit l’Ukraine d’une possible sanction dans le cadre du concours. En fin de compte, la Russie s’est officiellement retirée de l’Eurovision 2017, et la sanction n’est pas tombée. Mais la controverse n’en est pas complètement calmée pour autant. En guise de pied de nez, Ioulia Samoilova se produira en concert en Crimée le 9 mai, le soir de la première demi-finale de l’Eurovision.

Eurovision_Song_Contest_2017_logo

Au-delà du conflit avec la Russie, la dimension géopolitique du concours reste fondamentale. Le centre de Kiev s’est transformé au cours des dernières semaines, des poubelles neuves aux pots de fleurs repeints. Il importe à l’équipe du maire Vitaliy Klitschko de montrer le visage d’une métropole moderne et européenne, qui se serait fondamentalement transformée au cours des dernières années. La dernière occasion qu’avait eu Kiev d’accueillir une manifestation internationale, c’était l’Euro 2012 de football, du temps de l’autoritaire Viktor Ianoukovitch. L’organisation avait certes été entachée de scandales politiques, et d’affaires de corruption. Mais les Ukrainiens avaient accordé une grande importance au symbole d’un tournoi de football européen dans leur pays, en partenariat avec la Pologne. 5 ans plus tard, la Place de l’Europe, au bout de l’avenue Khreshatyk, est encore décorée de ballons géants.

Au-delà des couleurs de la “fan zone” sur Khreshatyk et des sourires des volontaires mobilisés pour l’accueil des visiteurs, l’Eurovision 2017 n’aura néanmoins pas été exempte de scandales. Ceux-ci reflètent les contradictions de l’Ukraine post-révolutionnaire. En février, 21 membres de l’équipe d’organisation avaient démissionné, en dénonçant un manque de transparence dans la gestion de l’évènement. En avril, une enquête de “Radio Liberté” a révélé un potentiel conflit d’intérêt dans l’attribution d’un marché public lié à l’Eurovision. Comme lors de l’Euro 2012, nombre de Kiéviens se plaignent de dépenses excessives pour un concours d’une semaine, aux dépends d’investissements structurels dans les infrastructures urbaines.

Mais la controverse qui saute aux yeux, c’est à quelques mètres de Maïdan Nezalejnosti qu’on la trouve. L’Arche de l’Amitié entre les Peuples, sculpture monumentale datant de l’époque soviétique, a quasiment été recouverte de panneaux aux couleurs de l’arc-en-ciel. L’initiative municipale était censée concrétiser le slogan de cet Eurovision: “Célébrer la diversité”, à la grande joie de la communauté LGBT d’Ukraine. L’Eurovision met en avant des valeurs de tolérance et d’ouverture. De nombreux artistes LGBT se sont illustrés pendant le concours.

18156091_1472697592793753_5854421236960506072_o

A Kiev, la fête a tourné court avant même l’ouverture de l’Eurovision. Après des protestations de mouvements religieux homophobes, des militants nationalistes ont interrompu les travaux de décoration de l’Arche par la force, obligeant la municipalité à renoncer à son projet “d’Arche de la Diversité”. Selon les autorités, 16.000 policiers ont été déployés dans Kiev pour sécuriser l’évènement. Officiellement, le principal risque est celui d’une “provocation russe”. Le potentiel de déstabilisation des mouvements nationalistes n’est cependant pas à ignorer.

Pour l’heure, la fête bat déjà son plein dans le centre de Kiev. Cette année, l’Ukraine présente une chanson apolitique, “Time”, du groupe O.Torvald. Pas forcément dans la perspective une victoire, mais bien pour montrer l’image d’un pays déterminé, malgré les obstacles, à regarder de l’avant, et à s’inscrire dans le concert européen.

Libération: Kiev, nouvelle Mecque de l’opposition russe?

Version longue d’une article publié dans Libération, le 28/04/2017

17884048_414252665617991_7478182708249561889_n

“C’est aux Russes qu’il incombe de dé-poutiniser la Russie, et à personne d’autre. Mais beaucoup d’opposants, comme moi, ont été poussés à l’exil. L’Ukraine est une bonne base pour poursuivre le combat”. En 2014, Iliya Ponomarev était le seul député de la Douma à ne pas voter pour l’annexion de la Crimée ukrainienne. Bientôt l’objet de pressions politiques, il a quitté son pays en 2015. Il est désormais installé à Kiev. “La proximité géographique et culturelle entre l’Ukraine et la Russie sont importantes. Le contexte de guerre renforce la dimension symbolique de Kiev. Il y a beaucoup à faire ici”.

Depuis 2014, ce sont au moins 2000 citoyens russes qui ont trouvé refuge en Ukraine. Kiev n’impose pas de visa d’entrée aux ressortissants de la Fédération. Le groupe est hétérogène, allant de combattants volontaires dans les rangs de l’armée ukrainienne à des profils d’individus divers, fuyant des poursuites judiciaires dans leur pays. Tous sont unis par leur opposition à Vladimir Poutine, et attirés par la vague de changements initiés par la Révolution de la Dignité.

“Il ne s’agit pas pour autant d’être naïf. Le Maïdan n’a pas tenu ses promesses de Révolution”, analyse Olga Kurnosova, ancienne collaboratrice de l’opposant assassiné Boris Nemtsov. “Nous sommes néanmoins fascinés par la capacité des Ukrainiens à s’être débarrassé d’un régime corrompu et autoritaire. Il y a beaucoup à apprendre ici”.

Par un samedi d’avril ensoleillé, Iliya Ponomarev et Olga Kurnosova se réunissent dans un quartier pavillonnaire de Kiev, chez Olivier Védrine. Pour ce Français installé dans la capitale ukrainienne, “l’Europe ne peut se construire sans une Russie libre”. Il héberge donc des réunions d’opposants russes. Pendant la discussion, Olga Kurnosova suit avec avidité une manifestation de l’opposition moscovite sur son téléphone. Elle n’a pas mis les pieds en Russie depuis octobre 2014, quand elle a fui vers la Biélorussie dans un train de nuit.

Ces rencontres du weekend s’apparentent plus à des clubs de réflexion qu’à un quelconque embryon de gouvernement en exil. Renverser le tyran Poutine grâce à une large alliance citoyenne, changer le système en profondeur, construire une nouvelle Russie… Les mots d’ordre ne manquent pas. Et depuis leur exil kiévien, ces opposants l’affirment: une des premières décisions du prochain régime sera de rendre la Crimée à l’Ukraine, et de mettre fin à la guerre du Donbass. Ils se démarquent en cela des principaux opposants actifs en Russie, qui n’ont pas pris d’engagements aussi clairs.

L’ambiance joviale de la réunion est plombée quand Iliya Ponomarev est convoqué chez le Procureur général, dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Denis Voronenkov. Ancien député de la Douma en exil, l’homme a été abattu en plein centre de Kiev, le 23 mars. Si Iliya Ponomarev est depuis affublé de deux gardes du corps pour garantir sa sécurité, il reste difficile de considérer ce meurtre comme un message de menace pour les opposants russes. Denis Voronenkov tenait plus du déserteur en reconversion que d’un dissident de longue date. Le parcours d’Iliya Ponomarev comporte lui aussi ses zones d’ombres, et ne fait pas l’unanimité parmi les Russes de Kiev.

L’ancien député n’a d’ailleurs pas été invité à l’ouverture de la “Maison de la Russie Libre”, le 13 avril. Conçue comme une “ambassade alternative de la société civile russe en Ukraine”, la Maison se veut un centre d’assistance aux réfugiés russes, de même qu’un espace de synergie des forces d’opposition. “Les Russes ici comprennent les défis de la transition démocratique en Ukraine”, explique Grigori Frolov, jeune co-fondateur de la Maison. “Ils comprennent encore très bien ce qu’ils se passe en Russie. Nombre d’entre nous ont des contacts en Occident. Cela nous ouvre énormément de possibilités”.

Pour autant, difficile d’articuler un message cohérent, et efficace, depuis Kiev. D’abord par manque de moyens, mais aussi par manque de cohérence et de coordination au sein de la communauté russe. Au-delà de la simple opposition au Kremlin, les avis divergent, tant sur les méthodes que sur les objectifs. “C’est aussi à cela que la Maison de la Russie Libre doit s’atteler”, commente Grigori Frolov. A travers une association pré-existante, “EmigRussia”, son équipe apporte assistance et conseil aux émigrés nouveaux venus, notamment au niveau administratif.

“De nombreux Russes se voient refuser leur demande d’asile, pour des raisons qui ne sont pas toujours évidentes, poursuit la journaliste Ekaterina Sergatskova, naturalisée ukrainienne en 2015. “Ils rencontrent beaucoup de problèmes avec les services de l’immigration, la police, l’administration en général…” Maskym Butkevytch, de l’association “No Borders”, confirme que plusieurs citoyens russes se voient refuser leurs demandes d’asile et sont rapatriés, “malgré les risques évidents auxquels ils font face en Russie”.

Autre défi à relever: établir des contacts entre Russes et Ukrainiens. “Ils s’ignorent depuis 2014 et ne s’analysent qu’à travers des stéréotypes grossiers”, explique Vladislav Davizdon, rédacteur en chef de “The Odessa Review”. Hormis un soutien de facade à l’opposition russe, le gouvernement de Kiev ne leur fournit ni aide financière, ni logistique. En janvier 2017, l’interdiction de la chaîne d’opposition russe “Dojd” en Ukraine a été reçu comme une douche froide par les exilés russes.

“Dans l’administration, les médias, la société en général, beaucoup d’Ukrainiens rejettent tout ce qui est russe”, surenchérit Ekaterina Sergatskova. L’inauguration de la “Maison de la Russie libre”, d’ailleurs, a du être organisée dans le secret, par peur d’une intervention de groupes nationalistes ukrainiens, qui s’étaient fait menaçants sur les réseaux sociaux. “Et pourtant le bataillon Azov a beaucoup de citoyens russes parmi ses combattants…”, ironise la journaliste.

Dans un contexte de guerre larvée dans le Donbass, les passions ont été récemment exacerbées par l’activisme de militants nationalistes contre des banques russes opérant en Ukraine, qui a entraîné leur interdiction par les autorités. C’est le dernière épisode en date d’une tendance de rupture radicale avec la Russie, caractérisé depuis 2015 par un embargo commercial ou encore la suspension des liaisons aériennes directes, ou, récemment, l’interdiction d’entrée sur le territoire de la chanteuse russe à l’Eurovision. Le gouvernement est de même à l’étude des très populaires réseaux “VKontakte” ou “Odnoklassiki”, les équivalents russes de “Facebook” et “Copains d’Avant”.

La justification première de ces initiatives serait de lutter contre toute influence russe, qu’elle soit économique ou médiatique. “Mais ce sont avant tout des actes de rupture, qui sont lourds de conséquences dans la population”, regrette Grigori Frolov. “Une de nos premières missions ici, plus encore que de chercher à changer la situation à Moscou, c’est de rétablir un dialogue avec les Ukrainiens. Malgré les circonstances actuelles, je veux croire que nous avons un futur à bâtir ensemble”.

RFI: Kiev, nouvelle Mecque de l’opposition russe?

Reportage diffusé sur RFI, le 28/04/2017

Alors que la politique du Kremlin se durcit vis-à-vis de l’opposition russe, nombreux sont les militants qui quittent le pays, et tentent de faire entendre leur contestation à Vladimir Poutine depuis l’étranger. Pour des milliers de Russes, une des destinations naturelles, c’est Kiev, la capitale ukrainienne. Malgré le climat de guerre entre les deux pays, de forts liens perdurent. Depuis l’Ukraine, l’opposition se restructure.

17855394_10210772869010382_7144201845597484821_o

 

La dernière manifestation de l’opposition russe dans les rues de Moscou, début avril, Iliya Ponomarev l’a suivi sur un écran de smartphone. En 2014, il s’était fait un nom en étant le seul député de la Douma russe à ne pas voter en faveur de l’annexion de la Crimée. Depuis 2015, il est en exil. Installé aujourd’hui à Kiev, il continue de soutenir l’opposition à Vladimir Poutine.

Iliya Ponomarev: Nos moyens sont limités, mais il y a beaucoup à faire à partir d’ici. Nous avons beaucoup de partenaires ici qui sont prêts à nous aider, à nous écouter, des médias qui diffusent nos messages. 

Attablée autour d’un thé, Iliya Ponomarev tient une réunion avec Olga Kurnosova, une ancienne collaboratrice de Boris Nemstov, l’opposant assassiné. En 2014, elle a fui la Russie dans un train de nuit. Elle est arrivée tout naturellement à Kiev fascinée par le Maïdan.

Olga Kurnosova: Nous ne sommes pas naïfs. Le gouvernement ukrainien actuel n’est pas parfait. Mais les Ukrainiens se sont débarrassés d’un Président corrompu et ont organisé des élections pacifiques. Là-dessus, la Révolution a été un succès. 

Pour ces opposants russes, les leçons à tirer des succès et des échecs de la Révolution ukrainienne sont évidentes pour la Russie.

Iliya Ponomarev: Désolé je dois partir.

Brusquement Iliya Ponomarev quitte la réunion. Il a été convoqué par le Procureur Général ukrainien dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Denis Voronenkov. Le 23 mars, cet ancien député russe avait été assassiné en plein centre de Kiev

Selon les estimations, ils seraient plus de 2000 citoyens de la Fédération en exil en Ukrain. Pour autant, ils ne sont pas complètement à l’abri. D’abord à cause des risques d’infiltration par les agents du Kremlin. Et aussi à cause d’une certaine hostilité des Ukrainiens.

Ekaterina Sergatskova est une journaliste russe, naturalisée ukrainienne en 2015.

Ekaterina Sergatskova: Je pense que pour eux, ce n’est pas une bonne chose de venir ici. Ils ont beaucoup de problèmes. Avec les services de l’immigration, avec la police, ils ont des problèmes d’argent. Et beaucoup d’Ukrainiens rejettent tout ce qui est russe. 

 

Une partie de la communauté russe tente de changer les choses et de rétablir un dialogue avec les Ukrainiens. Avec Ekaterina Sergatskova, le jeune émigré russe Grigori Frolov, a ouvert, le 13 avril, la Maison de la Russie Libre à Kiev.

Grigori Frolov: En premier lieu, c’est une ambassade alternative de la société civile russe en Ukraine. Ce doit être aussi une plateforme de dialogue et d’analyse sur la Russie. 

Grigori Frolov veut montrer que la Russie peut être différente. Malgré les passions et les rancoeurs actuelles, il veut il y croire: Russes et Ukrainiens ont un avenir à bâtir ensemble.

Ecouter le reportage ici

TDG: L’Ukraine tente de se faire entendre à la Cour de La Haye

Article publié dans La Tribune de Genève, le 06/03/2017

640x427

“La Russie empêche les citoyens ukrainiens de se sentir en sécurité, où que ce soit, dans leur propre pays” … “Le gouvernement russe soutient directement des groupes terroristes qui tuent des citoyens ukrainiens”. La plaidoirie est claire. Ce 6 mars, les avocats de la délégation ukrainienne à la Cour de Justice Internationale de l’ONU (CJI) sont venus à La Haye pour y chercher justice.

La première journée d’une longue série de plaidoyers pourrait marquer une première victoire de l’Ukraine pour prouver l’implication de la Russie dans la guerre hybride qui se joue depuis 2014, à travers l’annexion de la Crimée et la guerre du Donbass. “Cette affaire nous montrera si le droit international peut s’élever contre des grandes puissances qui ne respectent pas le droit et les droits de l’homme”, espère Oleksiy Makeiev, directeur des affaires politiques au ministère ukrainien des affaires étrangères.

L’Ukraine accuse la Russie de violer deux conventions internationales. La première “pour la répression du financement du terrorisme”. Kiev estime que Moscou est, directement ou indirectement, responsable violences dans l’est du pays ainsi que du crash du Boeing MH17, qui avait causé la mort de 298 personnes en juillet 2014. Deuxième convention: “pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale”. L’Ukraine accuse la Russie de persécuter, entre autres, des Tatars de Crimée et des Ukrainiens.

En Ukraine, le début des plaidoiries est une bouffée d’air frais pour le Président Petro Porochenko. Confronté à des “blocus citoyens” des routes commerciales avec les territoires séparatistes, ison autorité dans les négociations de paix est malmenée par manoeuvres politiciennes. Dans un contexte de violences, persistantes et meurtrières, il semble bienvenu pour l’exécutif d’avoir une chance de défendre sa cause devant la communauté internationale. Les plaidoiries du 6 mars ont été très suivies en Ukraine.

En revanche, les chances de succès de l’Ukraine d’obtenir justice sont faibles dans le cadre de sa première plainte. L’usage du terme “terrorisme” ouvre la possibilité à la partie russe de jouer sur les termes, entre “terrorisme” et “séparatisme”. La délégation russe a fait savoir qu’elle userait de “tous les moyens légaux possibles”, notamment en mettant en cause la juridiction de la CJI. En 2011, une plainte similaire de la Géorgie contre la Russie dans le cadre de la guerre de 2008 n’a pas abouti pour cette raison.

Un premier avis pourrait être rendu courant avril. Mais la procédure en justice est prévue pour durer plusieurs mois, voire plus d’un an. Quand bien même l’Ukraine se verrait reconnue dans son droit, la CIJ “ne se prononcera pas sur l’usage de la force dans un pays souverain, ou l’annexion illégale de la Crimée, en raison des limites de ses compétences”, explique le docteur Iryna Martchouk, de l’université de Copenhague. “La Cour ne fournira pas les réponses que les Ukrainiens attendent vraiment”.

Grand Reportage RFI: Le Donbass, entre guerre, réintégration et abandon

Grand Reportage diffusé sur RFI, le 20/02/2017

Lundi 20 février doit entrer en vigueur un nouveau cessez-le-feu dans le Donbass, cette région de l’est de l’Ukraine en guerre depuis 2014. L’annonce intervient après une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères français, allemand, russe et ukrainien, dans un contexte de fortes tensions sur le terrain. C’est une énième trêve, après une série d’échecs, mais elle pourrait marquer une étape dans la résolution du conflit. La guerre vit son troisième hiver. Depuis le printemps 2014, le conflit a fait plus de 10.000 morts selon l’ONU. Les affrontements persistent malgré les Accords de Paix de Minsk, signés en février 2015. Une explosion de violences a ainsi fait au moins une trentaine de morts début février côté ukrainien. Les pertes du côté des forces pro-russes et russes restent difficilement quantifiables en raison du flou qui persiste autour de la nature des forces en présence à Donetsk et à Louhansk. 

Pour l’Ukraine, l’effort de guerre est soutenu. Kiev l’estime à 5 millions d’euros par jour. Dans le contexte de ce qui est aujourd’hui une guerre d’attrition, les Ukrainiens cherchent un format pour traiter avec les territoires que le gouvernement ne contrôle pas, et les quelques 3 millions de personnes qui y résident. Conquête militaire? Isolation? Réintégration? Le débat fait rage dans le pays. 

Le Donbass, entre guerre, réintégration et abandon. Un Grand Reportage de Sébastien Gobert

img_0464

Le long du passage à niveau, le camp ne paie pas de mine. Deux tentes, des braséros, quelques drapeaux nationalistes, le tout posé sur un sol sali par la neige fondue. Cela suffit pour Vlad, de son nom de guerre, et une poignée d’hommes en uniformes militaires, pour bloquer les voies ferrées qui traversent le village de Sherbynyvka, au nord de la république auto-proclamée de Donetsk.

Vlad: Nous voulons en finir avec cette économie parallèle. Regardez notre slogan, c’est “stop au commerce du sang”. 

A quelques dizaines de mètres de là, un convoi de wagons de marchandises est immobilisé. A son bord, des centaines de tonnes d’anthracite. Extraits en territoires séparatistes, ils devaient approvisionner des usines en territoire ukrainien. Depuis 2014, les livraisons n’avaient pas été interrompues, malgré la guerre. Pour Vlad, il faut mettre un terme à ces échanges.

Vlad: Notre barrage, c’est une réaction au plan de réintégration des territoires occupés, qu’ils ont adopté à Kiev. Ce plan légalise le commerce avec l’occupant. Ils pourront s’enrichir en écoulant leur charbon sur le marché ukrainien. Nous ne pouvons plus rester sans rien faire, à regarder tous ces wagons qui passent et repassent, sans être contrôlés. 

Trois voies ferrées sont bloquées dans la région depuis début février.

Ici, les militants nationalistes ne sont qu’une quinzaine, mais ils sont liés à des bataillons de combattants volontaires, et à des partis politiques siégeant au Parlement à Kiev.

A ce titre, ces hommes fatigués et mal rasés sont en opposition frontale avec le Président, Petro Porochenko.

Petro Porochenko: Ce blocage est non seulement inutile, mais en plus, il créé des problèmes. Ces militants bloquent nos efforts pour retrouver notre souveraineté territoriale. Ma position, et celle de mon gouvernement, elle est claire. Ce n’est qu’à travers des efforts diplomatiques que nous pourrons ramener ces territoires au sein de l’Ukraine. Je condamne toutes les postures politiciennes qui consistent à isoler ces territoires, et de facto les donner en cadeau à la Russie. Je le répète: cette terre n’est ni à prendre, ni à donner. 

Cette réthorique n’impressionne pas Vlad, chef du camp à Sherbynyvka. Il a lui-même été chassé de sa maison par les combats. Il s’estime légitime pour reconquérir sa région natale. Vlad accuse le président de protéger les intérêts de quelques profiteurs de guerre, et de mener un jeu trouble dans son rôle de défenseur de la patrie.

Vlad: Cela ne répond pas aux questions essentielles. A Kiev, ils détournent l’attention en s’étonnant que les voies ferrées soient bloquées, en se demandant qui nous instrumentalise, et ainsi de suite. Mais il faut répondre aux vraies questions: Nous sommes en guerre, oui ou non? Nos camarades croupissent dans des prisons ennemies ou pas? Une partie de notre territoire est occupé, alors pourquoi continuons-nous à faire du commerce? Je ne connais aucun exemple de conflit dans le monde où le business a continué comme si de rien n’était. 

Ce faisant, Vlad accuse l’exécutif d’entretenir un double language depuis 2014. Kiev a beau dénoncer une agression militaire russe, les relations diplomatiques n’ont jamais été rompues. Et si à Kiev on parle de guerre dans le Donbass, le nom officiel de l’intervention militaire est celui “d’Opération Anti-Terroriste”. Face à ce qu’il considère comme des compromissions, Vlad conclut, l’air déterminé:

Vlad: Il n’y aura pas de paix tant que certaines personnes continueront à gagner de l’argent dans cette guerre. 

Ce blocage est la manifestation la plus concrète des tensions qui déchirent la société ukrainienne autour du nouveau plan de réintégration du Donbass.

Celui-ci a été adopté le 11 janvier, et proposé par le ministère des territoires temporairement occupés. Iouriy Grimtchak est le conseiller spécial  du ministre, lui aussi exilé de sa ville de Donetsk.

Iouriy Grimtchak: Ce plan ne vise pas à réintégrer les territoires occupés du Donbass. Pas encore. Nous visons à réintégrer les gens qui vivent là-bas. L’idée principale, c’est de leur offrir quelque chose d’autre, et les intégrer dans notre espace médiatique, économique, entrepreneurial. Dans ce plan, nous avons développé toute une série de mesures, qui vont du transport de marchandises à la politique de l’information. 

Les Ukrainiens des territoires séparatistes auront des facilités pour étudier, voyager, développer une entreprise ou encore accéder à l’assistance médicale. Un plan similaire est en cours de développement pour les populations de la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014.

Face à cette politique d’ouverture, l’opposition craint que le plan n’engendre un dangereux précédent. Oksana Syroid est la vice-présidente de la Verkhovna Rada, le Parlement, au sein du parti Samopomitch, un parti originaire de l’ouest de l’Ukraine.

Oksana Syroid: Dans cette éventail de mesures, il y a des bonnes choses. Par exemple, la possibilité pour les jeunes d’étudier à distance selon le programme ukrainien. Mais  d’une part, nous savons que ce plan profite aux oligarques qui continuent leurs activités des deux côtés de la ligne de front. D’autre part, dans les territoires occupés, il y a deux catégories de personnes. L’administration d’occupation russe, et leurs supplétifs. Et les civils qui vivent là-bas. Et ces civils que nous voulons aider, ils ne décident de rien! Donc toute relation avec l’autre côté ne sera qu’avec les occupants, pas avec les civils directement. Cela veut dire que nous ferons des concessions, que nous renforcerons la puissance occupante. Nous nous retrouverons à payer pour l’occupation. 

Oksana Syroid va jusqu’à assimiler ce plan de réintégration à une haute trahison.

Oksana Syroid: Le concept de ce plan est mauvais. Il faut l’annuler. Il n’a été ni écrit en Ukraine, ni pour les Ukrainiens. Il n’est pas dans les intérêts du pays. 

Pour le conseiller Iouriy Grimtchak, il n’est plus l’heure de jouer sur les mots. Il y a plus important.

Iouriy Grimtchak: Il y a environ 700.000 personnes qui franchissent la ligne de front chaque mois. Par jour, jusqu’à 25.000 personnes. 

Il est important de faciliter la vie des populations civiles du Donbass, afin de s’en assurer le soutien.

Iouriy Grimtchak: Aux postes de contrôle le long de la ligne de front, nous prévoyons d’installer des centres administratifs. Afin que les gens n’aient pas à aller loin pour déclarer un mariage, ou une naissance, ou renouveler leur passeport. 

A 800 kilomètres de là, le poste de contrôle de Stanitsa Louhanska, au nord du bastion séparatiste de Louhansk, est l’un des principaux points de passage d’un camp à l’autre. Ici, la traversée est compliquée depuis que l’unique pont enjambant la rivière Donets a été détruit par un bombardement. Les civils se massent néanmoins par centaines pour passer, d’un côté comme de l’autre.

img_6249

Andriy checkpoint: Ca fait 4h30 que j’attends. Je suis venu toucher ma retraite, et je rentre à Louhansk.

Svitlana checkpoint: Je vais voir mon fils à Louhansk. Il étudie là-bas. C’est un athlète. Aller vivre en territoire ukrainien, c’est hors de question, car son pensionnat est à Louhansk. On faisait comme ça avant la guerre, on continue comme ça maintenant. On préférerait que tout redevienne comme avant, mais… ils nous ont séparé. On ne peut plus revenir en arrière. 

Pour ces deux personnes, et les centaines d’autres dans la file d’attente, on devine qu’une simplification des formalités administratives et des conditions de passage serait la bienvenue. Le premier obstacle à l’application du plan de réintégration, ce n’est pourtant pas la politique.

Les combats n’ont jamais cessé, le long des 400 kilomètres de la ligne de front. Ils rendent les passages parfois dangereux. Ils n’épargnent pas non plus des quartiers résidentiels de ville. Les Accords de paix de Minsk, signés en février 2015, n’y ont rien changé.

Marianna Ivanivna: Des Accords de paix? Quels Accords? Ils annoncent des accords à tout va, et voilà où on en est. Qu’ils se mettent d’accord, une bonne fois pour toute! 

La ville d’Avdiivka se remet à peine des bombardements meurtriers de début février. A l’initiative des séparatistes, les tirs avaient coûté la vie à au moins une trentaine de personnes, civils et militaires. Malgré l’écho de l’artillerie au loin, la ville est calme. Mais pour Marianna Ivanivna, cela ne change pas sa situation.

Marianna Ivanivna: Je vis d’aide humanitaire. Mon mari a été tué il y a deux ans. J’ai reçu un statut d’invalide après des bombardements. Comment survivre? Tout le monde veut la paix, tout le monde veut retrouver une vie normale. Qui a besoin de cette guerre, dites moi? Ici, nous mourrons à petit feu. Ils ont bombardé ma maison. Et ma pension est si modeste que je ne peux pas en vivre.

Dans son bureau à la mairie, le colonel Pavlo Malykhyn est le chef de l’administration militaro-civile d’Avdiivka. Il est occupé à panser les plaies de sa ville après les derniers bombardements. Lui aussi a constaté que le processus de paix de Minsk n’a pas amélioré la situation de sa ville.

Les garants des Accords de Minsk, comme il le rappelle, ce sont Angela Merkel et François Hollande, deux chefs d’Etat distants du conflit. La mission d’observation de l’OSCE, elle, n’est pas efficace pour assurer le respect du cessez-le-feu.

Pavlo Malykhyn: L’OSCE, ils ne voient rien. Quand ils sont sur place, ça ne tire pas. Dès qu’ils repartent, les tirs d’artillerie recommencent. Je pense que la mission d’observation est très importante. Mais il faut qu’il se donnent les moyens. Ils restent dans les zones sécurisées, mais ne vont jamais dans les endroits où des gens se font tuer. Qu’est-ce qui est le plus efficace? Constater de visu une fois, ou écouter les bombardements 100 fois? Le risque existe, évidemment. Mais dans les quartiers bombardés, il y a des petits enfants qui vont à l’école… Eux, ils prennent le risque.

Les violences ne sont pas prêtes de s’arrêter de si tôt. Et les responsabilités sont partagées. A proximité d’Avdiivka, un ancien centre de contrôle aérien sert de base au bataillon “Donbass Ukraine”.

Les Accords de paix de Minsk, ici, ne sont pas pris au sérieux.

Pavlo Kulyk: La paix ne se fera pas à travers les Accords de Minsk. Tout simplement parce que cela ne convient ni à l’Ukraine, ni à la Russie. Cet accord leur a été imposé.

Au lieu de processus de paix, le soldat Pavlo Kulyk et ses camarades parlent avec confiance de leur nouvelle stratégie militaire.

Pavlo Kulyk: Nos troupes avancent petit à petit. Nous prenons des villages, des positions. Nous avons repris le village de NovoLouganske il y a peu. Nous pouvons y arriver, par petits pas. Et d’après les estimations que l’on a depuis l’autre côté, il y a de moins en moins de combattants chez les séparatistes… 

Ces estimations sont très floues, et l’histoire a montré que les troupes régulières russes pouvaient intervenir directement pour aider les séparatistes. Ces derniers mènent aussi leur propre stratégie de petits pas et de duels d’artillerie incessants.

Cela dit, une intensification des violences ne devrait pas être synonyme d’un retour à un conflit généralisé.

Pavlo Kulyk: Nous pourrions aller plus loin. Mais cela voudrait dire des combats généralisés, et la ruine pour le Donbass. On peut estimer qu’au moins 500.000 civils y perdraient la vie. Je pense que personne ne prendra la décision de lancer une telle attaque…

Si l’option militaire n’est pas envisageable, et que le plan de réintégration est difficilement applicable, certains sont tentés par l’idée d’une séparation claire et nette. Dans son bureau à Avdiivka, Pavlo Malykhyn a un exemple historique tout trouvé.

Pavlo Malykhyn: A Berlin, il y a eu un mur pendant longtemps, les gens ne se sont pas parlé. Mais tout s’est bien terminé. Ici, il faut que la Russie se retire et que l’on reprenne le contrôle de la frontière. Ensuite, on négociera entre nous. Entre temps, on peut isoler le problème.

Le colonel s’inscrit ici dans la lignée des militants du blocage de voies ferrées, en préconisant une rupture avec les territoires séparatistes.

Pour le conseiller Iouriy Grimtchak, cela trahit une vision à très court-terme. Les infrastructures vitales de la région sont trop intriquées pour être dissociées. Par exemple, pour l’eau potable.

Iouriy Grimtchak: Le canal de distribution part du nord de la région. Slaviansk, Kramatorsk, ce sont des villes sous notre contrôle. Le canal part ensuite dans les territoires occupés et la grande ville de Donetsk. Et ensuite il ressort pour arriver au port de Marioupol, une ville aussi sous notre contrôle. En théorie, nous pourrions couper l’eau, et même l’électricité, à Donetsk. Mais cela voudrait dire la mort de notre ville de Marioupol. Tous ceux qui assurent pouvoir tout couper demain sont des menteurs. 

Lors d’un débat animé à Kiev, Iouriy Grimtchak fait face au journaliste Serhiy Harmash lui-même exilé de Donetsk.

Serhiy Harmash: Les entreprises qui produisent dans les territoires occupés et envoient leurs productions en territoire ukrainien paient des taxes aux séparatistes. Les Ukrainiens ont besoin de leur charbon, bien sûr. Mais il faut nous poser la question: sommes-nous prêts à contribuer au financement de leur guerre contre nous? Les blocages actuels de voies ferrées peuvent être une chance pour la réintégration. 

Iouriy Grimtchak se défend. Bloquer ces routes commerciales ne voudrait en aucune manière dire que les séparatistes se retrouveraient sans financement ni armement, étant donné qu’ils sont soutenus par la Russie. Au contraire, cela représenterait un manque à gagner pour Kiev.

Iouriy Grimtchak: Il y a beaucoup d’entreprises qui possèdent des usines dans les territoires occupés mais qui sont enregistrées en territoire ukrainien. Ces entreprises ont contribué à l’équivalent d’un milliard d’euros d’impôts au budget national l’an dernier! Dans le même temps, notre effort de guerre a représenté l’an dernier 2,2 milliards d’euros. Ces entreprises ont donc couvert la moitié de nos dépenses de défense! 

Serhiy Harmash n’y tient plus.

Serhiy Harmash: Si on suit cet argument des impôts, alors autant inviter ici Alexander Zakharchenko le chef de Donetsk, et l’autoriser à monter une entreprise pour qu’il puisse payer des impôts, faire semblant d’être un bon citoyen avant de rentrer à Donetsk et de lever les armes contre nous!

Dans ce débat, la sociologue Iryna Bekeshkina présente les résultats d’un sondage sur l’attitude des Ukrainiens face à la question des territoires occupés. Aucune des solutions, que ce soit la rupture ou la réintégration, ne récolte plus de 17% de soutien. Aucun consensus n’existe sur la manière de ramener la paix dans le Donbass. Iryna Bekeshkina.

Iryna Bekeshkina: Le débat est tellement politisé, entre des positions extrêmes, qu’il est difficile d’y voir clair. Je me rappelle le slogan des étudiants de mai 1968, en France: “Soyons Réalistes, demandons l’Impossible!” Je reformulerai dans notre contexte: “Demandons l’impossible, mais restons réalistes!” 

Le réalisme, Yevhen Vilinsky le voit à travers des projets concrets de reconstruction économique du Donbass. Lui est le vice-gouverneur de la région de Donetsk, en charge d’attirer des investisseurs.

Yevhen Vilinsky: Nous voulons construire ici une sorte de “Berlin Ouest”, qui montrerait aux habitants du bloc de l’est que nous pouvons bâtir une vie meilleure.  Avec la nuance que le mur de Berlin, c’était l’est, et pas l’ouest qui l’avait construit. Il faut que nous fassions preuve d’ouverture. Nous menons tout une série de projets pilotes, même des projets jamais expérimentés en Ukraine. Pour montrer que l’on peut y arriver ensemble. 

Dans la cour de l’école numéro 11 d’Avdiivka, on est très loin de ces controverses politiques et de ces grands projets. Au loin, on entend quelques déflagrations d’artillerie. Mais ici tout semble simple, comme le remarque Olga, la surveillante de la cour.

Olga: Les enfants, vous les voyez. Ils sont heureux, ils ne réagissent plus aux bruits des bombardements. Ils jouent, comme des enfants. Ils nous montrent l’exemple, pour continuer à vivre. 

La région industrielle, ancien fleuron de l’économie soviétique, dans laquelle ces enfants sont nés, était depuis des années en déclin. Avec la guerre, elle se retrouve meurtrie et défigurée. Après trois ans de conflit, rien ne permet de deviner à quoi le Donbass ressemblera quand ces enfants deviendront grands.

Ecouter le Grand Reportage ici

L’est de l’Ukraine: entre la guerre, la réintégration et l’abandon

Un Grand Reportage de Sébastien Gobert

A la réalisation, Anouck Bernet

Chanson de fin: Rosy/Donbass, de Dakh Daughters

Libération:, Dans le Donbass, « nous mourrons à petit feu »

Article publié dans Libération, le 14/02/2017

A Avdiika, ville industrielle près de Donetsk, les civils perdent peu à peu l’espoir de voir la guerre entre les forces ukrainiennes et les séparatistes prorusses prendre fin. Deux ans après les accords de Minsk, l’intensité des violences est remontée d’un cran en février.

img_0438

Dans la cour de l’école numéro 11 d’Avdiivka, les bruits s’entrechoquent. Les rires et les cris des enfants, les rappels à l’ordre des enseignantes. Et au loin, les échos de l’artillerie. «Les enfants ont une capacité d’adaptation extraordinaire, se réjouit la directrice, Nina Sheremko. C’est le troisième hiver de la guerre, et ils ne réagissent déjà plus au son des explosions. Ils jouent tranquillement, comme… comme des enfants. Ils nous montrent l’exemple, pour tenter de retrouver une vie normale.»

Retrouver une vie normale. C’était en substance la promesse des accords de paix de Minsk, le 11 février 2015. Dans la capitale biélorusse, les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Petro Porochenko, poussés par Angela Merkel et Francois Hollande, avaient alors décidé d’une feuille de route censée mettre fin au conflit meurtrier du Donbass, cette région industrielle dans l’est de l’Ukraine. Deux ans plus tard, les affrontements entre forces ukrainiennes d’un côté, séparatistes et russes de l’autre, n’ont jamais cessé. La guerre a fait plus de 10 000 morts selon l’ONU.

«Nous avons tout ce qu’il nous faut», poursuit Nina Sheremko avec détermination. Depuis 2014, la moitié de ses élèves et de ses enseignants ont quitté la ville. Les coupures d’électricité et de chauffage sont fréquentes, et l’école a développé des systèmes d’urgence. «Il y a 150 enfants ici. Il faut bien faire tourner l’école pendant que les parents sont au travail.» Beaucoup d’entre eux sont employés à l’usine de coke (charbon) de la ville, une des plus grandes d’Europe. A toutes fins utiles, Nina Sheremko précise que l’école dispose de deux abris souterrains.

Armes lourdes

Début février, Avdiivka s’est retrouvée au cœur de violences inégalées depuis 2015. Une trentaine de personnes, civiles et militaires, y sont mortes côté ukrainien. Les pertes restent difficilement quantifiables côté séparatiste. Une escalade des tensions que les experts s’ingénient à expliquer soit par des causes locales, soit en faisant l’hypothèse que les combattants «testent» les orientations diplomatiques de Donald Trump envers la Russie de Vladimir Poutine. Sur le terrain, les bombardements à l’artillerie lourde n’ont rien changé au rapport de force. Ils n’ont fait qu’accroître le climat d’incertitude.

«S’ils voulaient vraiment chercher la paix, ils l’auraient déjà trouvée», tempête Marianna Ivanivna. Retraitée, elle tire une petite luge chargée de produits humanitaires, sur le trottoir verglacé. «Mon mari a été tué en 2014. Ma maison est encore à moitié détruite… Nous mourons à petit feu.» Sa marche est rythmée par les échos de l’artillerie lourde. Elle passe devant un bâtiment emblématique d’Avdiivka : une barre d’immeubles criblée d’éclats d’obus, arborant le portrait mural géant d’une habitante. Réalisée par le collectif «Art United Us» en octobre, l’œuvre est accompagnée d’un graffiti : «Mon dieu, protège Avdiivka.» Le bâtiment, faisant face à la ligne de front, est encore occasionnellement la cible de tirs. A l’intérieur, la plupart des appartements sont vides ou occupés par des soldats ukrainiens. Quelques familles s’acharnent malgré tout à y vivre. Sur leurs portes, des petits papiers indiquent : «Ici vivent des gens.»

Les accords de Minsk avaient soulevé des espoirs de résolution graduelle du conflit. Tout semble aujourd’hui bloqué. Les échanges de prisonniers, qui devaient s’effectuer «tous pour tous», se font au compte-gouttes. Les négociations politiques portant sur l’organisation d’élections locales ou le contrôle de la frontière ukraino-russe sont au point mort. La démilitarisation de «la ligne de contact», selon le jargon en vigueur, ne semble plus qu’un lointain souvenir. Ces derniers mois, les armes lourdes ont refait leur apparition. Alexander Hug, chef de la mission d’observation de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dénonce régulièrement le «risque de reprise des offensives à grande ampleur». Hormis les duels d’artillerie, les Ukrainiens ont développé une stratégie de «petits pas», en reprenant le contrôle de localités situées dans la zone tampon, réduisant de fait la distance entre positions ennemies. Les forces prorusses et russes, de leur côté, sont mobilisées après l’assassinat non revendiqué de «Givi» (Mikhail Tolstykh), l’un des chefs de guerre les plus iconiques de la république de Donetsk. Le président autoproclamé, Alexander Zakharchenko, a appelé à une vengeance et dénoncé «l’échec» des accords de Minsk.

«Le processus de Minsk, pourquoi pas ? demande Pavlo Malykhin, chef de l’administration militaro-civile d’Avdiivka. Mais encore faut-il qu’il soit appliqué, et respecté. Ce que je vois, c’est que les garants de ces accords, ce sont les Occidentaux qui cherchent à faire du business avec la Russie. Sur le terrain, les observateurs de l’OSCE refusent de prendre le moindre risque pour aller constater la guerre par eux-mêmes, et aller régler des problèmes concrets ! Ils restent à l’écart de la zone de combat, écoutent sans voir, repartent et écrivent leurs rapports. Ça ne va pas résoudre le conflit.»

«Sans aide humanitaire, nous ne pourrions pas survivre», se lamente Svitlana Klimenko. Avec des compagnons retraités, elle attend dans une cage d’escalier froide pour collecter un colis auprès de la Croix-Rouge ukrainienne, à Avdiivka. Aujourd’hui, ce sont des rations alimentaires et des produits hygiéniques qu’elle attend. «J’ai passé des années à m’occuper de vétérans de la guerre d’Afghanistan, ou de Tchernobyl. Et voilà qu’aujourd’hui, c’est moi qui ai besoin d’aide…»

«A cause de la situation sécuritaire qui reste très incertaine, il nous est impossible de lancer des projets de reconstruction là où les besoins sont les plus importants, c’est-à-dire sur la ligne de front, constate Marie-Servane Desjonqueres, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en Ukraine. Dans la zone, des villages sont très isolés. Ils restent coupés de tout, les ambulances ne peuvent pas venir, il n’y a pas de bus. Ça reste des situations extrêmement difficiles.» Le CICR étant l’une des rares organisations humanitaires acceptées des deux côtés de la ligne de front, Marie-Servane Desjonqueres constate des problèmes identiques du côté des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Des drames que le gouvernement de Kiev aurait entrepris de résoudre. Un plan de réintégration du Donbass a récemment été adopté, qui offre des facilités aux habitants des territoires séparatistes pour étudier en Ukraine, y voyager, et y travailler. Le défi étant de gagner le soutien des populations de cette région. L’initiative a provoqué une levée de boucliers en Ukraine même.

Rations alimentaires

Des mouvements nationalistes ont organisé le blocage de trois voies ferrées reliant les territoires ukrainiens et séparatistes. Dans le petit village de Sherbynivka, au nord d’Avdiivka, des dizaines de wagons chargés de charbon sont stationnés en gare depuis samedi. Une quinzaine de combattants volontaires, installés sur un campement de fortune, dénoncent une «trahison» de l’exécutif à Kiev. Une bannière installée au milieu de drapeaux appelle à «stopper le commerce du sang». «Ce plan légalise le commerce avec l’occupant, explique « Vlad », le responsable du camp. Ils pourront s’enrichir en écoulant leur charbon sur le marché ukrainien et alimenter leur effort de guerre.»Parmi ses volontaires, l’idée est très répandue d’édifier «un mur» isolant les territoires séparatistes pour de bon.

Alors que l’Ukraine vit son troisième hiver de guerre, aucun consensus n’a émergé sur la manière de ramener la paix dans le Donbass. Les populations civiles ne sont pas prêtes de retrouver une vie normale. «Qu’ils se mettent d’accord une fois pour toutes, au lieu de nous tirer dessus sans but, s’insurge Olha Iourievna, une mère de famille à Avdiivka. Pour moi, c’est égal. L’Ukraine, la république de Donetsk… je m’en fiche. Ce que je veux, c’est la paix. Tout le monde ici ne veut que la paix.»

LLB: L’Ukraine, laissée pour compte d l’ère Trump?

Article publié dans La Libre Belgique, le 20/01/2017

34111

L’Ukraine serait-elle “la plus grande perdante” de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis? Cette formule tweetée par Michael McFaul, ancien ambassadeur américain en Russie a fait couler beaucoup d’encre, alors que Donald Trump se prépare à prêter serment, le 20 janvier à Washington. Les enjeux sont en effet de taille pour le pays, confrontée à une guerre hybride pilotée par la Russie depuis 2014. Un conflit marqué par des échauffourées régulières, et meurtrières.

De fait, Donald Trump n’a pas fait mystère de son admiration pour Vladimir Poutine. Ses déclarations sur une future renégociation à la baisse du “parapluie américain” pour les Européens, membres de l’OTAN ou non, ont fait grincer des dents à Kiev. L’hypothèse soulevée par le milliardaire d’une reconnaissance de l’annexion illégale de la Crimée par la Russie, a, elle, fait hurler. Pour les plus pessimistes, comme le politologue Askold Krushelnycy, la “soumission de Trump à Poutine” est telle qu’il faut “se préparer à une guerre totale” contre la Russie.

Sans présager de tels scénarios apocalyptiques, l’exécutif à Kiev perd indéniablement de proches alliés avec le départ de l’administration de Barack Obama. Le vice-Président Joe Biden était devenu un interlocuteur privilégié de Petro Porochenko, et un visiteur régulier de l’Ukraine. A l’inverse, le Président ukrainien n’aurait, à ce jour, aucun contact avec Donald Trump, ni même avec ses collaborateurs proches. Et pour cause: dans une récente enquête, le média en ligne Politico révèle que les Ukrainiens ont favorisé plus ou moins directement la candidature d’Hillary Clinton, sans s’assurer de relais dans le camp Trump.

Le désintérêt marqué du nouveau maître de la Maison Blanche pour l’Ukraine reflèterait aussi, murmure-t-on à Kiev, le signe d’une lassitude occidentale pour l’Ukraine, dont les réformes post-révolutionnaires sont lentes, et empêtrées par une corruption d’Etat toujours endémique. “En tant qu’homme d’affaires, Trump est très prudent avec l’argent”, analyse la députée réformatrice Victoria Voytsitska. “Peut-être que notre gouvernement sera poussé à mieux utiliser l’aide internationale que sous Obama”, se rassure-t-elle.

Lire le reste de l’article (accessible dans les pages de La Libre Belgique)